Le Wokisme anglais à l’assaut de Jeanne d’Arc.

Documents  communiqués par Marie-Agnés Lacour, déléguée de la charte en Anjou et en Touraine.

https://www.bvoltaire.fr/un-deuxieme-bucher-pour-la-pucelle-dorleans-le-wokisme/

      Le Shakespeare’s Globe (The Globe, pour les intimes) est un théâtre de renommée mondiale ; y sont représentées notamment, vous vous en douteriez, des interprétations moult et variées des œuvres de l’illustre dramaturge. Il va de soi également qu’en ce lieu, et à l’instar de bien d’autres lieux de culte culturels progressistes, lesdites représentations ont cédé aux borborygmes des sirènes non genrées et, en tout honneur tout seigneur, celles du wokisme. Si vous avez aimé la vague de blackwashing, la réincarnation par des acteurs racisés des rôles de personnages blancs, la vague trans chez nos petites têtes blondes, celle des couples métissés à sens unique dans les séries et les publicités, vous allez adorer la vague des personnages historiques non genrés. Vous êtes prévenus, c’est du lourd.

    Du très lourd, dans cette nouvelle production du Globe, titrée I, Joan, où notre Jeanne d’Arc sera non binaire, queer et affublée de pronoms « neutres », interprétée par un acteur non binaire, scénarisée par un non binaire, réalisée par un non binaire mais qui, parité du oblige, s’identifie plutôt comme une femme. Présenté de la sorte, il s’agit sans aucun doute d’un deuxième bûcher pour la pucelle d’Orléans, une quintuple condamnation de la part de la perfide Albion ; pis : la revanche du siège d’Orléans !

       Cette interprétation se veut évidemment en concordance avec les « valeurs » de l’établissement, qui se définissent sans équivoque comme « pro-droits humains ». « Nous nous engageons à devenir une organisation inclusive et diversifiée, et apporter les changements nécessaires est au cœur de nos objectifs stratégiques pour l’organisation. Cela inclut devenir pro-trans, antiraciste et prendre des mesures positives, conscientes et intentionnelles contre toute forme de préjugé présent dans notre culture. » Ça laisse rêveur, le Festival d’Avignon et la propagande de France Télévisions peuvent aller se rhabiller.

  Après avoir été un temps l’icône des féministes, voilà maintenant Jeanne icône des progressistes, un modèle queer se reflétant dans sa transgression des rôles de genre et son refus de se conformer aux diktats établis. Au grand dam de l’écrivain féministe Claire Heuchan, qui dénonce qu’« affirmer que Jeanne d’Arc n’était pas une femme est une logique similaire utilisée par l’Église pour la brûler vive sur le bûcher : l’idée que le port de vêtements masculins, le sens militaire, le leadership et l’autorité appartiennent exclusivement aux hommes ». Dès lors, pour de nombreuses petites filles qui subissent le joug d’une sexiste dominée par les hommes avec des personnages historiques masculins, Jeanne était une possibilité exaltante de ce qu’une jeune fille pouvait accomplir contre ce système patriarcal. La réécrire comme n’étant pas une femme serait donc profondément offensant en éludant le fait qu’elle était foncièrement un « martyr féministe » plutôt qu’une queer, brûlée pour avoir osé transgresser un système patriarcal.

    Crêpage de chignon jubilatoire en vue entre féministes et progressistes, Jeanne, accusée du crime d’hérésie, l’a été comme, de nos jours, beaucoup qui s’élèvent contre le totalitarisme LGBT. Mais au-delà de l’ineptie de ces palabres intersectionnelles, le combat sociétal révèle de plus en plus sa nature profondément métaphysique. Bien plus que le des anges, il devient de plus en plus urgent, au sein du marécage relativiste ambiant, de redéfinir la binarité entre le Bien et le Mal, la frontière entre ces deux entités devenant de plus en plus fluide.

Un deuxième bûcher pour la pucelle d’Orléans : le wokisme

Origine. https://www.bvoltaire.fr/un-deuxieme-bucher-pour-la-pucelle-dorleans-le-wokisme/

5 thoughts on “Le Wokisme anglais à l’assaut de Jeanne d’Arc.

  1. Alain Guillon

    “Un deuxième bûcher” j’y vois une terrible possibilité de lui attribuer enfin la PALME DU MARTYRE !

    Reply
  2. Marie-Agnès Lacour

    J aime beaucoup Bd Voltaire qui donne toujours des infos intéressantes commme celle ci que je t’ai envoyée . Je l’avais vu déjà depuis plusieurs jours ailleurs mais ce n ‘était pas aussi bien relaté et j ai bien fait d’attendre . Notre pauvre Jeanne comme dit Alain G pourrait avoir les palmes du martyr comme Sainte Philomène représentée avec les palmes et d’autres saintes encore . La perfide Albion a toujours été traitresse avec la France et elle ne doit pas digérer que l’anneau nous soit revenu . Une fois de plus ou de moins …..

    Reply
  3. Jean DEWEEER

    Je suis dit-on homo sapiens avec quelques gènes néanderthaliens, mono genré, mâle, mais je dois avouer que j’ai du mal à évoluer, à m’adapter pour pouvoir lire ce genre d’article, mes neurones font des noeuds. Qu’est-ce que le wokisme? Allons! ce n’est pas grave! de toute façon je vais disparaître… En m’appelant Jean ne suis-je pas un trans de Jeanne, il y a peut-être un espoir mais pour quelle vie?

    Reply
    1. Alain Texier Post author

      C’est quoi exactement, le « wokisme » ?

      Le terme « woke », d’abord utilisé dans la lutte antiraciste par les Afro-Américains, s’est ensuite étendu à des causes plus variées. Mais à quoi fait exactement référence cette expression ? Dans ce podcast, Anne Chemin, journaliste au « Monde », nous explique.
      Qu’est-ce que le « wokisme » ? Substantif dérivé de woke, mot argotique pour awake (éveillé), il signifie être éveillé aux discriminations. Etre woke, c’est être conscientisé, vigilant, engagé. Dans un discours de juin 1965, Martin Luther King exhortait les étudiants de l’université Oberlin (dans l’Ohio) à rester « éveillés » « pendant la grande révolution » et à « être une génération engagée ».

      Mais, depuis son utilisation initiale, le mot s’est progressivement transformé, au point que son substantif, le « wokisme », est devenu l’ennemi désigné de toute une part de la classe politique, dont Jean-Michel Blanquer. Le ministre de l’éducation nationale accuse les militants woke de fragmenter l’unité républicaine en renvoyant les citoyens à une identité fondée sur leur origine, leur sexualité ou leur genre.

      Alors quand on parle de « wokisme » , de quoi parle-t-on exactement ?

      Anne Chemin est journaliste au Monde. Dans cet épisode de « L’Heure du Monde » , elle revient sur les origines de ce terme.

      https://www.lemonde.fr/podcasts/article/2021/11/04/c-est-quoi-exactement-le-wokisme_6100875_5463015.html

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.