Aperçu sur la stupidité des nouvelles régions issues de la réforme Hollande (début 2016).

https://www.aquitaine-historique.com/Site/Guilhem/Guilhem%20Pepin%20-%20Les%20emblemes%20historiques%20de%20l%27Aquitaine.pdf

   Ce découpage des régions métropolitaine  en ramenant le nombre de 22 à 14 est entré en vigueur le 1er janvier 2016, suite à la réforme territoriale voulue par le président de la république François Hollande. https://www.regions-et-departements.fr/regions-francaises

  Cette “intelligente” réforme aboutit à des régions dont certaines  sont aussi grandes  que l’Autriche alors  que  celle-ci est un état fédéral composée de 9 provinces fédérées http://www.bibliomonde.com/donnee/autriche-f%C3%A9d%C3%A9ration-147.html

       S’agissant de la  grande région Nouvelle Aquitaine , Poitiers et Limoges ont perdu leur rôle de capitale régionale ( comme Clermond-Ferrand , entre autres)  et ont  déjà perdu leur  Rectorat de plein exercice, alors que l’Université de Poitiers avait été  fondée en 1431 alors que celle de Bordeaux  dut attendre le 7 juin 1441… Ah mais !

  La présence de Limoges en tant  que capitale religieuse de l’Aquitaine ne  doit pas  vous étonner.

    Elle le doit à Saint Martial ” nommé l’apôtre d’Aquitaine en l’honneur  de  qui  un certain nombre de  sanctuaires ont en effet  étaient  construits dans toute l’Aquitaine . Pour  en savoir plus , nous ne saurions trop vous recommander  d’activer le lien ci aprés. https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Martial.

De début juin à la fin octobre 2015, des fouilles archéologiques ont été menées sur la place de la République. Situées entre la crypte archéologique – qui abrite le mausolée Saint-Martial et plusieurs édifices de l’abbaye Saint-Martial  détruite à l’occasion de la révolution dite Française – et la rue commerçante Saint-Martial, les recherches avaient pour objectif d’étudier les vestiges conservés dans cette zone. Les archéologues ont mis au jour des vestiges datés de l’Antiquité tardive à l’époque contemporaine. Des tombes en fosse profonde et un puits intégré dans un mur font ainsi partis des éléments les plus anciens (fin 3e-fin 4e siècle ap. J.-C.). Sur toute l’emprise, des sarcophages et des coffrages en pierre ou en terre cuite viennent ensuite témoigner de la continuité de l’utilisation de cette zone comme espace funéraire jusqu’à l’époque médiévale.

      Les archéologues ont également mis au jour de nombreuses maçonneries https://www.youtube.com/watch?v=JBsGn-LAb3U . Certaines pourraient appartenir à la première église abbatiale Saint-Sauveur, édifiée au 9e siècle lors de la création de l’abbaye Saint-Martial. Enfin le chevet de cette église reconstruite à l’époque romane (11e siècle) a été dégagé. Les trois absidioles rayonnantes sont conservés sur plusieurs mètres de haut, tandis que d’autres murs de fondation de cette église viennent compléter nos connaissance de cet édifice majeur. La phase de terrain terminée, les archéologues vont maintenant poursuivre leurs études en bureau afin d’analyser l’ensemble des relevés, prélèvements et autres objets sortis. À terme, cette étude permettra de mieux comprendre l’histoire de ce secteur depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Images drone : www.aeroliendrone.fr

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.