Le statut de la messe traditionnelle depuis la réforme liturgique du pape Paul VI. ( Fraternité St Pie X )

 

27 AOÛT, 2021PROVENANCE: FSSPX.NEWS

Quelle est la situation “légale” du Missel de saint Pie V depuis la promulgation de la réforme de Paul VI et le novus ordo missae ? Comment et dans quelles conditions ce rite immémorial a-t-il été utilisé ? Par quelles voies s’est-il maintenu et développé ? Le récent motu proprio du pape François, Traditionis custodes, est l’occasion de faire le point.

Il n’est pas difficile de découvrir cinq étapes entre 1970, date de la promulgation du nouveau rite, et 2021 qui est témoin de la publication de Traditionis custodes.

I. 1970-1984 : Le nouveau missel de la nouvelle église

        L’entrée en vigueur du missel de Paul VI en 1970, a gelé la célébration selon le rite tridentin. Les prêtres et les laïcs ont vu l’arrivée du novus ordo missae (NOM) comme un remplacement de l’ancien. Le 14 juin 1971, la Congrégation pour le culte divin publiait une note indiquant que, après approbation des traductions du NOM, tous devraient utiliser « uniquement la forme renouvelée de la Messe ».

L’usage de l’ancien rite n’était accordée qu’aux prêtres âgés ou malades, en privé et avec permission de l’Ordinaire, jusqu’à leur extinction. Durant cette époque, les prêtres fidèles ont pris une position apparemment “contre la loi”. Au moins jusqu’en 1988, les seuls prêtres ordonnés pour célébrer la messe tridentine l’étaient par Mgr Lefebvre

II. 1984-1988 : La messe comme drapeau et l’indult

      Devant la persistance du rite traditionnel, son succès et son lien avec l’opposition au Concile, le Saint-Siège décide de prendre une mesure pour satisfaire les partisans du rite traditionnel. C’est l’“indult” dit Quattuor abhinc annos du 3 octobre 1984 de la Congrégation du culte divin.

III. 1988-2007 : Ecclesia Dei Adflicta

      Le 30 juin 1988, Mgr Lefebvre sacre quatre évêques, en raison de la grave nécessité dans laquelle se trouve l’Eglise : il est en effet impossible d’être ordonné prêtre selon les voies “légales”, sinon en acceptant au moins extérieurement la nouvelle messe et le Concile avec toutes ses erreurs.

      Jean-Paul II déclara l’excommunication de Mgr Lefebvre par le motu proprio Ecclesia Dei adflicta, qui confirme l’indult, invitant les évêques à l’appliquer généreusement, et permet la création d’instituts sacerdotaux utilisant la liturgie tridentine, selon les conditions habituelles d’acceptation du Concile.

     C’est ainsi que naquit la Fraternité Saint-Pierre et diverses fondations dans les années suivantes. La Commission pontificale Ecclesia Dei a été fondée pour administrer ces questions depuis Rome

…;

IV. 2007-2021 : La philosophie de Summorum Pontificum

      La promulgation par Benoît XVI du motu proprio Summorum Pontificum le 7 juillet 2007 apporte un élément nouveau. Ce document affirme que la messe tridentine n’a jamais été abrogée – contredisant ainsi Paul VI – et détermine des conditions nouvelles et plus larges pour sa célébration.

        Cependant, la messe nouvelle est présentée comme le rite normal de l’Eglise, car il y a « deux formes du même rite romain » en vigueur : l’une ordinaire et l’autre extraordinaire. La messe tridentine n’est pas abrogée en tant que rite extraordinaire, mais elle n’est pas en vigueur en tant que rite ordinaire.

……

V. 16 juillet 2021 : Traditionis custodes

       Le pape François est intervenu par le motu proprio Traditionis custodes. Le document, bien que très restrictif, ne s’écarte pas beaucoup de la lettre et de l’esprit de l’indult de 1984. Il réaffirme que la seule forme actuelle de la lex orandi du rite romain est le missel de Paul VI.

      Mais la concession continue (bien que limitée) du missel tridentin montre une unité. Qu’il s’agisse d’indult ou de rite extraordinaire, le concept est similaire : le droit antérieur s’applique par exception.

      Il y a cependant une forte insistance sur le devoir des évêques de vérifier que la célébration de la messe tridentine ne cache pas une conception traditionnelle (“non alignée”) de l’Église : qu’elle ne devient pas un “drapeau”.

…..

    Les paragraphes ci-dessus ne donnent que des extraits de l’analyse à laquelle conduit le lien ci-dessous et auquel il convient de se référer si l’on veut disposer de la totalité de la démonstration.

https://fsspx.news/fr/news-events/news/le-statut-de-la-messe-traditionnelle-depuis-la-reforme-liturgique-68244

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.