Dans la lignée de l’intuition de Louis XIV. La ceinture des fortifications de l’embouchure du fleuve Charente.

Vue aérienne de fort Lupin. © Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire du patrimoine culturel, Dragonfly, 2021.

DÉCOUVERTES

  • Mis à jour le 9 mai 2022

Dans le but de protéger l’arsenal de Rochefort, construit à partir de 1666, quatorze forts et redoutes sont édifiés de part et d’autre de l’embouchure de la Charente entre la fin du 17e siècle et les années 1860. Ces ouvrages sont destinés à empêcher les flottes ennemies d’accéder à la rade de l’île d’Aix, où s’arment les navires rochefortais, au fleuve et au site stratégique de l’arsenal.

Découverte des forts en vidéo

Ce mini documentaire de 7 minutes sur les forts de l’embouchure de la Charente appartient à un cycle de vidéos consacrées au patrimoine maritime et fluvial de la région, dans la collection Vidéoguide Nouvelle-Aquitaine. Les épisodes suivants verront le jour au rythme d’un par mois…

https://inventaire.poitou-charentes.fr/operations/vallee-de-la-charente/323-decouvertes/1313-les-forts-de-l-embouchure-de-la-charente

2 thoughts on “Dans la lignée de l’intuition de Louis XIV. La ceinture des fortifications de l’embouchure du fleuve Charente.

  1. Hervé J. VOLTO

    Le règne de Louis XIV reste marqué par l’image d’un Roi absolu et d’un État puissant, donnant à cette période le nom du « Grand Siècle ». Investi très jeune dans ses fonctions, éduqué par le cardinal Mazarin, le Roi-Soleil incarne les principes de l’absolutisme. En 1682, il s’installe, entouré de sa Cour, au château de Versailles, meilleur symbole de son pouvoir et de son influence en Europe.

    Monarque de droit divin, le Roi est le lieutenant (tenant lieu) de Dieu sur terre. C’est en ce sens qu’il est dit « absolutiste » ce qui, en latin, signifie délié de tout lien : il n’a de compte à rendre qu’à Dieu. Lors de son sacre, il s’est engagé à défendre la foi catholique. Pour honorer son serment et afin de préserver l’unité religieuse du royaume, il lutte contre les jansénistes de Port-Royal et engage des persécutions contre les protestants. Les conversions forcées, l’émigration de deux cent mille d’entre eux, le conduisent à supprimer l’édit de tolérance : c’est la révocation de l’Édit de Nantes en 1685. Depuis Versailles, Louis XIV dirige un État centralisé et absolutiste qu’il a bâti autour de sa personne. Le monarque réside dans le corps central du Château, au premier étage, où trois appartements lui sont réservés. Il impose à la Cour l’étiquette, règles de préséance auxquelles doit se soumettre la noblesse. Avec Colbert, il conduit la réorganisation administrative et financière du royaume, ainsi que le développement du commerce et des manufactures. Avec Louvois, il réforme l’armée et accumule les succès militaires.

    François-Michel Le Tellier, marquis de Louvois est l’un des hommes d’État les plus importants du règne de Louis XIV. D’abord secrétaire d’État à la Guerre puis Surintendant des Bâtiments du roi en 1677, son ascension professionnelle est remarquable. Dans Le siècle de Louis XIV, Voltaire écrit à propos de Louvois : “Il fut plus estimé qu’aimé du roi, de la cour et du public […].”

    Le roi gouverne avec divers ministres de confiance : la chancellerie est occupée par Pierre Séguier, puis par Michel Le Tellier, la surintendance des finances est entre les mains de Colbert, le secrétariat d’État à la guerre est confié à Michel Le Tellier, puis à son fils le marquis de Louvois, le secrétariat d’État à la maison royale et au clergé passe aux mains de Henri du Plessis-Guénégaud, jusqu’à la destitution de ce dernier.

    Louis XIV a consacré près de trente-trois ans de règne sur cinquante-quatre à faire la guerre. Sur son lit de mort, il confesse au futur Louis XV « j’ai souvent entrepris la guerre trop légèrement et l’ai soutenue par vanité ». De fait, les dépenses militaires, notamment en temps de guerre, ont accaparé la part la plus importante du budget de l’État (jusqu’à près de 80 % en 1692). Il reçoit une formation militaire poussée sous la conduite de Turenne. À vingt ans, il participe à la bataille des Dunes à Dunkerque (23 juin 1658), où ses troupes, conduites par Turenne, remportent une victoire décisive contre Condé et l’Espagne.

    Reply
  2. Hervé J. VOLTO

    La réorganisation de l’armée est rendue possible par celle des finances. Si Colbert a réformé les finances, c’est Michel Le Tellier puis son fils, le Marquis de Louvois, qui aident le Roi Soleil à réformer l’armée. Les réformes portent notamment sur l’unification des soldes, la création de l’hôtel des Invalides (1670) et la réforme du recrutement. Cela a pour effet de réduire le taux de désertions et d’augmenter le niveau de vie du personnel militaire. Le Roi charge également Vauban de construire une ceinture de fortifications autour du territoire (politique du pré carré). Au total, au cœur de son règne, le Royaume dispose d’une armée de 200 000 hommes, ce qui en fait de loin la première armée d’Europe, capable de tenir tête à des coalitions rassemblant de nombreux pays européens. Lors de la guerre de Hollande (1672-1678), l’armée aligne environ 250 000 hommes, elle en aligne 400 000 lors des guerres de Neuf Ans (1688-1696) et de Succession d’Espagne (1701-1714)144. Le financement des armées en campagne est assuré, pour environ un quart, par les contributions payées par les territoires étrangers où elles interviennent.

    À la mort de Mazarin, en 1661, la marine Royale, ses ports et ses arsenaux sont en piteux état. Seule une dizaine de vaisseaux de ligne est en état de fonctionnement, alors que la marine anglaise en compte, dont la moitié sont des vaisseaux importants, embarquant de 30 à 100 canons. Pour sa part, la flotte de la république des Provinces-Unies compte 84 vaisseaux.

    Contrairement à une idée très répandue, Louis XIV s’intéresse personnellement aux questions navales et contribue avec Colbert à l’essor de la marine de guerre française. Le 7 mars 1669, il crée le titre de secrétaire d’État à la Marine et nomme officiellement Colbert premier titulaire du poste. Malgré tout, pour le Roi, le plus important in fine n’est pas la mer, mais la terre, car c’est là, selon lui, qu’on acquiert la grandeur.

    Colbert et son fils vont mobiliser des ressources humaines, financières et logistiques sans précédent, permettant de créer presque ex nihilo une puissance militaire navale de premier rang. À la mort du ministre, en 1683, la « Royale » compte 112 vaisseaux et dépasse de quarante-cinq unités la Royal Navy, mais les officiers, du fait de la relative jeunesse de la flotte, manquent souvent d’expérience.

    Si la marine intervient dans les conflits et joue un rôle important dans les tentatives de restaurer Jacques II d’Angleterre, elle est aussi utilisée dans la lutte contre les barbaresques. Si l’expédition de Djidjelli de novembre 1664, destinée à mettre fin au piratage des barbaresques en Méditerranée, se solde par un échec cuisant, les expéditions de 1681 et de 1685 de l’escadre d’Abraham Duquesne permettent de détruire de nombreux navires dans la baie d’Alger.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *