AROM. Hervé Volto. UNE INATTENDUE ET PROVIDENTIELLE RESISTANCE CONTRE- REVOLUTIONAIRE : L’ACTION FRANCAISE

    Votre serviteur a voulu écrire pour nos amis transalpins. Les Royalistes d’un certain âge se trouveront confirmé dans leur Foi et leurs Traditions, les plus jeunes apprendront peut-être quelque chose…

    Il est un personnage qui fut envoyé Providentiellement pour organiser une moderne résistance Contre-révolutionnaire: ce fut CHARLES MAURRAS (1867-1954) ! Charles Maurras est l’un des crétateur de l’Action Française. Le Providentialiste Marquis André de La Franquerie ne s’y trompera pas, qui défendra Charles Maurras dans son livre MAURRAS, GRAND DEFENSEUR DES VERITES ETERNELLES (Editions de Chiré).

    L’Action Française est à la fois une école de pensée et un mouvement politique nationaliste et Royaliste qui s’est principalement développé dans la première moitié du XX° siècle.

      Tout commence en 1898 par le rassemblement de Charles Maurras, René de La Tour du Pin, Henri Vaugeois et Maurice Pujo sur une position nationaliste : la LIGUE DES PATRIOTES, devenue l’ACTION FRANCAISE POUR L’UNION NATIONALE, qui deviendra à son tour ACTION FRANCAISE. Au départ républicaine et patriotique, elle devient en 1901 Monarchiste sous l’influence de Léon de Montesquiou et de Maurras qui défend sa doctrine du nationalisme intégral Catholique, doctrine également dite « maurassisme ».

                           https://prezi.com/p/meko_0urgurr/le-nationalisme-integral/

Ainsi, d’une rhétorique nationaliste, républicaine et antisémite, l’AF évolue vers une idéologie nationaliste, Catholique, Contrerévolutionnaire, antirépublicaine et anti-individualiste, sur fond de positivisme et de transformisme. Dès lors, le mouvement revendique une Monarchie traditionnelle -Royale, Salique, Catholique, héréditaire- corporatiste, antiparlementaire et décentralisée.

À ses débuts, l’AF est connue pour sa dénonciation des « Etats dans l’Etat », sioniste, protestant, communiste et islamiste, qui se manifestera notamment par la revendication d’un anti-sémitisme d’état. Sa devise est « la France seule » ! Charles Maurras prône la Conterévolution et un retour à la Monarchie par le nationalisme intégral, le Roi étant l’incarnation de la Nation des Francs qui a Dieu pour fondateur, le Roi étant également comme le Père du Peuple.

Par bien des aspects son Royalisme ne correspond ni à la tradition libérale Orléaniste, ni à la critique religieuses de la Révolution de type Légitimiste. Son antiparlementarisme l’éloigne de l’Orléanisme et son soutien à la Monarchie et au Catholicisme est explicitement pragmatique et non fondé sur une conception spiritualiste caractéristique du Légitimisme.

  L’esprit de Charles Maurras pourrait se rapprocher de celui de Patrice Mac Mahon qui disait le 26 Mai 1873 :

-Avec l’aide de Dieu, le dévouement de notre armée qui sera toujours l’esclave de la loi, et de l’appui de tous les honnêtes gens, nous continuerons l’oeuvre de libération du territoire et le rétablisement de l’Ordre Moral dans notre Pays !

       Le 24 Aout 1902, répondant au Comte d’Aussonville, parlementaire Royaliste libéral, Maurras écrira : -La démocratie n’est pas un fait. La démocratie est une idée […] l’idée démocratique est fausse, en ce sens qu’elle est en désacord avec la nature… l’idée démocratique est mauvaise, en ce qu’elle soumet constamment le meilleur au pire, le supérieur à l’inférieur, au nombre la qualité, c’est à dire les compétences et l’aptitude !

    En 1905 est créée la Ligue d’Action Française. Son objectif déclaré est « de renverser la République et de rétablir la monarchie ». Les adhérents prêtent serment où ils s’engagent « à combattre tout régime républicain » et à « servir par tous les moyens, même légux » la restauration de la Monarchie, nécessaire pour protéger la Catholicité.

   Charles Maurras veut, dit-il, « maintenir l’héritage pour ramener l’Héritier ».

    L’Action Française est animée par une double préoccupation : elle entend préparer la restauration de la Monarchie et, dans l’attente du retour du Roi, oeuvrer pour la défense de l’intérêt national.

      La plupart des membres de l’AF sont élevés dans le milieu Catholique. Comme l’écrivait René Rémond dans la préface de l’ouvrage de Véronique Auzépy-Chavagnac,” jean de Fabrègues et la jeune droite catholique” 

https://books.openedition.org/septentrion/53718?lang=fr 

ces derniers « retrouvent les valeurs d’ordre, d’autorité, de tradition qui définissaient le catholicisme intransigeant du XIX° siècle, héritage du combat contre la Révolution et ses principes jugés pernicieux, réactivé par Maurras et légitimé par une lecture fondamentale de Saint-Thomas d’Aquin ».

    La condamnation du Sillon par Rome en 1910 augmente d’autant plus l’intérêt des Catholiques pour l’Action Française., qui s’était battue contre la Loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat. Le mouvement de Maurras, de par la foi Chrétienne partagée par ses membres et selon des considérations sociales et politiques, voit en l’Eglise Catholique, Apostolique et Romaine l’instigateur de l’équilibre politique Français et l’assurance d’un corps social Français en bonne santé.

Charles Maurras a résumé la pensée Catholique et Royale qui a inspiré toute son oeuvre, dans son journal d’Action Française du 8 Juillet 1922 :

-Il est sans doute clair que M. de Mun et M. de La Tour du Pin, hommes d’oeuvres Catholiques s’étaient mis à l’école du Saint-Siège : les papes Pie IX et Léon XIII, comme plus tard Pie X, fournirent toutes les bases morales de leur doctrine. Mais d’autres éléments proviennent d’une source distincte, à savoir des expériences et des constitutions, des maximes et des coutumes de l’ancienne Monarchie, de ce corps d’idées et de sentiments dont le Comte de Chambord était la figure vivante !

                          https://www.youtube.com/watch?v=f3yUVAzM9n0

Le Royalisme Social de Firmin Bacconnier est directement inspiré de la pensée maurrassienne, elle même inspirée du Catholicisme Social défini par le Comte de Chambord, Albert de Mun et René de La Tour du Pin.

L’ennemi ne pouvait que réagir !

La révolution est un fléau. La dictature césarienne la consolide. Mais l’idée démocratique l’éternise. Et le premier principe de l’AF fut de dénoncer la pensée démocratique. À travers toutes les guerres, les anarchies, les tyrannies, les chutes et les relèvements spectaculaires des peuples, l’idée démocratique les ramène ou les retient dans la servitude des pires oligarchies, et par là les conduit à de nouvelles catastrophes !

Mais pourquoi les peuples y tiennent-ils donc ? Parce que les gens d’Église les y ont enchaînés.

Ce furent les enthousiasmes de Lamennais, Lacordaire, Montalembert, rêvant de marier Dieu et la Liberté, l’Église et la Révolution, et réclamant « l’Église libre dans l’État libre », mais l’État sans Dieu, l’État démocratique (1830-1870). Ce fut Léon XIII contraignant les Catholiques au « Ralliement » à la République judéo-maçonnique, anticléricale, antinationale, antisociale, acceptant l’idée de « démocratie » sociale, ouvrant la voie aux abbés démocrates et au Sillon.

Ce Sillon de Marc Sangnier qui allaient prêcher une démocratie intégrale, politique et religieuse, à l’encontre des condamnations lumineuses de Saint Pie X (1910) mais qui triomphera hélas avec le Concile de Vatican II.

         https://viveleroy.net/decret-de-condamnation-de-laction-francaise-par-saint-pie-x-et-pie-xi/

         Et ce fut Pie XI sauvant une République laïque aux abois en excommuniant scandaleusement les Catholiques d’Action Française pour crime de Royalisme (1926).

C’est pour celà que les vrais Royalistes sont avant tout Catholiques de Tradition et que les vrais Cathos-Tradis sont Royalistes :

-Nous ne sommes des Catholiques de restaurant, nous ne choissons pas le menu !

Et contre la violence sournoise qui s’exerce partout, contre l’âme de nos enfants, contre les Catholiques, contre les traditions de notre pays, contre son histoire, contre la sécurité et l’honneur des Français, les jeunes Camelots du Roi opposeront vilement leurs valeurs Chrétiennes, familiales et patriotiques. Parfois « à coup de cannes » : de 1909 à 1912, après de violents affrontements dans les rues, les camelots du Roi font de Jeanne d’Arc leur patronne, puis parviennent obtenir en 1920 sa canonisation et à imposer son hommage national dont les nationalistes, les Royalistes et les vrais Catholiques maintiennent la tradition jusqu’à aujourd’hui. Entretemps, de 1914 à 1918, l’AF se mobilise pour l’Union Sacrée : faire taire les différants entre Royalistes et républicains afin de repousser ensemble l’envahisseur allemand. L’AF y gagnera une solide réputation de patriotisme, jamais démentie.

Dans les années 20, l’AF soutiendra la Fédération Nationale Catholique du Général Edouard de Castelnau, qui fera reculer la politique anti-cléricale de la III° République et permettra à l’Abbé Paul Domceour de crier haut et fort :

Nous ne partirons pas !

  La condamnation surprise de l’AF par le Comte de Paris (1908-1999) après 1934 fera dire à Maurras cette phrase terrible, que beaucoup d’Orléanistes ont voulu occulter :

-Il faut sauver l’héritage contre l’Héritier !

https://crc-resurrection.org/notre-pere-fondateur/labbe-de-nantes-fondateur-de-la-crc.html

 

Le mot d’ordre maurrassien sera dès lors: « Politique d’abord ! » . Et de là, l’action Catholique et Française, Royaliste et Providentialiste du jeune Abbé Georges de Nantes, fondateur de la Contre-Réforme Catholique au XXI° siècle, qui entend laisser entièrement à Dieu le choix du Roi futur, nous donnant un exemple concret d’action Royaliste qui écarte les querelles dynastiques :

-Choisir son Prince, c’est déjà être républicain !

    Mais n’allons pas tros vite. En 1939, la condamnation de Rome est levée et Charles Maurras peut se convertir.

     En 1940, le Maréchal Philippe Pétain apparait à Maurras comme une « Divine surprise ».

     -La Révolution Nationale, dira le Maréchal Pétain le 8 Juillet 1941, signifie la volonté de renaître, affirmée soudain du fond de notre être, un jour d’épouvante et de remords !

   Car après la défaite de 40, l’Action Française se rallie avec enthousiasme à la Révolution Nationale du vieux Maréchal, même si certains de ses militants et sympathisants vont même plus loi en rejoignant la Résistance comme le Colonel Rémy, attitude justifiée par la direction du mouvement qui invoque le slogan : « La France seule ». L’AF dénonce violemment la France Libre, tout en soutenant le Général Giraud.

       Après la Guerre cependant, l’ACTION FRANCAISE disparaît, victime de l’épuration Gaulliste. Elle renaît dès 1946 à travers une publication clandestine, ASPECT DE LA FRANCE. Sous l’impulsion de Pierre Boutang, connu comme continuateur des idées de Charles Maurras, le mouvement devient la RESTAURATION NATIONALE et abandonne progressivement son antisémitisme d’état. Dès lors, il revendique sans ambiguité une Monarchie traditionnelle -héréditaire, Salique, Catholique- corporatiste, anti-communiste, antiparlementaire et décentralisée. Maurras pouvait s’éteindre :

     -Seigneur, endormez-moi dans votre paix certaine entre les bras de l’Espérance et de l’Amour (Charles Maurras, au Carmel de Lisieux en 1956) !

https://fr.shopping.rakuten.com/offer/buy/548957797/aspects-de-la-france-l-hebdomadaire-d-action-francaise-lot-de-5-numeros-de-1966.html?fbbaid=1272664673&t=180191&gclid=EAIaIQobChMIr6_7mP3D-QIVc2HmCh15xQSREAQYASABEgIrs_D_BwE

 

    Lentement, les partisans de la Monarchie reconstruisent leurs réseaux sous la conduite de Pierre Pujo, le fils de Maurice. À la veille de la guerre d’Algérie, la RN est constituée officiellement et son organe, Aspect de la France, possèdent des initiales qui rappellent celles de l’AF et en perpétue l’esprit. Après le décès de Pierre Pujo, sa sœur Marie-Gabrielle dépassera son caractère discret et effacé pour continuer cette œuvre. Marie-Gabrielle Pujo maintient le journal de l’Action Française non sans difficultés, et mènera une lutte acharnée contre ceux qui infiltraient l’AF. Elle sera présidente de la société éditrice de l’Action française 2000 (PRIEP) de 2007 à 2018.

    Charles Maurras anticipa en son temps la Restauration Nationale et la CONTRE-REFORME CATHOLIQUE de l’Abbé de Nantes, (comme plus tard le Groupe d’Action Royaliste et le  Cercle Royaliste d’Action Française) :

– Une Action Française se reverra par la force des choses. Notre façon de combattre sera reprise, par le simple effet de la volonté intéressée de la France, de la nôtre, qui durera en elle qui sera précisément ce que ses naufrageurs ne veulent pas. Nous avons failli leur ôter de la bouche leur sale gagne-pain, le sale butin qu’ils en tire. Or, si tout passe, tout revient. Leurs précautions ont beau être serrées comme des chaînes. L’espérance est la Reine de toute politique : les désespoir y reste “la sottise absolue”. En sus de l’espérance, il existe au surplus, des assurances et des confiances qui, sans tenir à la Foi religieuse, y ressemble le modeste plan de nos certitudes terrestres : je ne cesserai pas de répéter que les Français ont deux devoirs naturels, compter sur le patriotisme de leur pays, et se fier à son intelligence. Ils seront sauvés par l’un et par l’autre, celle-ci étant pénétrée , en plus, par celui-là : il sera beaucoup plus difficile à ces deux grandes choses de se détruire que de durer ou de revivre. Leur disparition simultanée leur couterait plus d’efforts que la plus âpre des persévérances dans l’être et que les plus pénibles maïeutiques du renouveau (Charles Maurras, Pour un jeune Français, Editions Amiot-Dumont, p. 222).

         https://www.lematindz.net/news/8334-danciens-terroristes-de-loas-rehabilites-et-decores-en-france.html

     La RN se range aux c

       La RN se range aux côtés des partisans de l’Algérie Française  et l’OAS trouve en elle un de ses meilleurs soutiens. La CRC de l’Abbé-Georges de Nantes, qui tient la rubrique de Politique religieuse d’Aspects de la France de 1948 à 1952 sous le nom d’Amicus, soutiendra la cause de l’Algérie Française et s’opposera farouchement à Vatican II, devenant de plus en plus Providentialiste. Il affichera aussi son euro-septicime. Cette réapparition du courant Royaliste sur la scène politique va marquer l’histoire d’après-guerre de l’Extrême-Droite en France.

       Dans les années 70, la RN voit se détacher d’elle une Nouvelle Action Française, conduite par Bertrand Renouvin et qui deviendra bientôt la NOUVELLE ACTION ROYALISTE (de gauche).

Dans les années 80 la RN s’unit avec le Centre Royaliste d’Action Française avec qui elle état en procès. Naitra le journal Action Française 2000.

L’abbé de Nantes écrira quand à lui dans le N° de Juillet 1987 de IL EST RESSUSCITE :  https://crc-resurrection.org/liens-utiles/archives/il-est-ressuscite.html

      Un jour se lèveront des phalanges de toute nations, de toute classe, pour la renaissance de l’Eglise et le salut du monde. Leur action s’inspirera nécessairement du patrimoine de sagesse que récapitulent nos 150 Points de religion Catholique, d’Action Française, de vie communautaire. On aura beau voir et dire, on ne reconstruira rien en dehors ou au rebours de ces principes que nous tenons de nos pères.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrice_de_Mac_Mahon

    Mais attention ! Charles Maurras nous enseigné que « la tradition est critique » , nous n’assumons le tout de l’héritage Français : nous ne faisons pas nôtre l’héritage des abominations de la Révolution, ni celles de la collaboration, ni celles de la Libération, ni celles du gaullisme complice des massacres et du génocide des Harkis de l’Algérie Française abandonnée. Mais nous assumons avec fierté toutes nos initiatives patriotiques, National-Catholiques, Royalistes, Contrerévolutionnaires, nos choix et nos amitiés présentes ou passées : Restauration de Charles X, Ordre Moral de Mac Mahon, https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_moral Boulangisme, Contre-Réforme Catholique…

        Pour ses partisans, l’AF

  • Orléanistes dans ses composantes RN ( Restauration nationale) , NAR  ( Nouvelle action royaliste)  , GAR (Groupement d’action royaliste)   et CRAF (Centre Royaliste d’Action Française
  • Providentialistes dans sa composante CRC (Contre Réforme catholique)- consiste avant tout en une ambition pour la France : la volonté de redonner au pays sa position hégémonique de Fille Aînée de l’Eglise et d’Educatrice des Peuples qu’elle a eu jusqu’au début du siècle passé, de retrouver un Monarque apte à enclencher de grands projets, celle aussi de sortir du jeu des partis et de la politique à court terme qui caractérise, pour les Royalistes, l’exercice du pouvoir des hommes politiques de la république. Le Royalisme se pose aussi pour certains comme une opposition au nouvel ordre mondial, par le renforcement de l’État face aux institutions supranationales qui empiètent sur les libertés fondamentales des peuples.

      Au-delà des Alpes, les Monarchistes italiens soutenant la Maison Royale de Savoie s’inspirent beaucoup de la pensée maurrassienne…

https://www.babelio.com/auteur/Francois-Marie-Algoud/171536

      Voici pour conclure les paroles du Commandant d’Albiousse, un temps membre de l’Oeuvre Chrétienne de la Cité Vivante, qui a écrit en 1970 dans son livre LES ZOUAVES PONTIFICAUX :

    -Nous ne pouvons pas et nous devons pas nous décourager. La guerre que nous subissons est une guerre d’expiation. C’est par un acte de Foi que la France sera sauvée, et tant qu’il y aura dans notre Pays un crucifix et une épée, nous avons le droit d’espérer ! Tout est dit.

Hervé J. VOLTO, Président Honoraire de la Charte de Fontevrault (Président 1001-1994), mémorialiste, membre du Chapitre général et délégué officiel pour l’Italie.

4 thoughts on “AROM. Hervé Volto. UNE INATTENDUE ET PROVIDENTIELLE RESISTANCE CONTRE- REVOLUTIONAIRE : L’ACTION FRANCAISE

  1. Hervé J. VOLTO

    Le Royaliste consiste donc avant tout en une ambition pour la France : la volonté de redonner au pays sa position hégémonique de Fille Aînée de l’Eglise et d’Educatrice des Peuples qu’elle a eu jusqu’au début du siècle passé, de retrouver un Monarque apte à enclencher de grands projets, celle aussi de sortir du jeu des partis et de la politique à court terme qui caractérise, pour les Royalistes, l’exercice du pouvoir des hommes politiques de la république. Le Royalisme se pose aussi pour certains comme une opposition au nouvel ordre mondial, par le renforcement de l’État face aux institutions supranationales qui empiètent sur les libertés fondamentales des peuples.

    Merci à Alain TEXIER pour les pertinentes illustrations.

    Reply
  2. Jean DEWEEER

    Du “pouvoir” a été donné aux partis politiques, aux hommes et femmes, c’est la grande astuce de la république même s’il est illusoire. Les royalistes ne proposent aucun autre “cadeau”. Tout le monde est avide de pouvoir, il ne faut pas prétendre l’enlever. On n’est pas sorti de l’auberge.. La sagesse est la grande perdante. Qui pourrait dire y faire appel même si cela a un goût d’amertume, que tout le monde n’a pas le même égal jugement?.

    Reply
  3. Xavier

    De la dictature républicaine à la dictature nazie, il n’y a qu’un pas.
    “Car après la défaite de 40, l’Action Française se rallie avec enthousiasme à la Révolution Nationale du vieux Maréchal, même si certains de ses militants et sympathisants vont même plus loin en rejoignant la Résistance comme le Colonel Rémy”.
    Le Colonel Rémy a choisi la Résistance et a refusé la COLLABORATION.
    Des militants d’Action Française de ma famille ont également rejoint la RESISTANCE comme Luc Robet.
    Effectivement, mais d’autres royalistes sont allés beaucoup plus loin vers l’Est, en rejoignant comme le légitimiste, Jean Mayol de Lupé la Division SS Charlemagne.
    Combien de militants Action Française dans la Milice ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_de_Mayol_de_Lup%C3%A9

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.