Un fou, un fou forcément, brise à coup de barres de fer des moulages de statue à la Basilique Saint Denys (93200).

De Dagobert 1e à Louis XVIII, la nécropole royale de la basilique Saint-Denis est le lieu de repos de centaines de rois de France et membres de leur famille. L’édifice religieux, lié à l’histoire des rois de France, a été vandalisé le 5 janvier 2022. Le suspect a été arrêté et sera jugé prochainement. Le prince Louis de Bourbon, prétendant légitimiste au trône de France a réagi aux actes de vandalisme commis dans la basilique Saint-Denis.

Un homme armé d’une barre de fer a endommagé des statues

«J’ai appris avec tristesse et consternation la vandalisation de la basilique Saint Denis, au sein de laquelle mes ancêtres reposent», écrit Louis de Bourbon. Le 5 janvier, un homme s’est introduit dans la basilique située à Saint-Denis, au nord de Paris, armé d’une barre de fer. «En milieu de matinée, un homme a cassé des vitrines et jeté à terre trois statues dans la basilique cathédrale Saint-Denis», a indiqué le père Jean-Christophe Helbecque à Valeurs Actuelles.

Le duc d’Anjou réagit à la destruction de trois statues de la basilique Saint-Denis où se trouve la nécropole royale (Photo : Wikimedia Commons)

Les statues de Saint Denis, protecteur du royaume de France, Sainte Geneviève, sainte patronne de la ville de Paris et Saint Antoine, saint patron des causes perdues ont été brisées avec une barre de fer. Le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, a réagi à cette profanation :                «C’est ainsi la France en tant que fille aînée de l’Eglise et toute son histoire qui sont abîmées et blessées. Il est dramatique que de tels saccages détruisent notre patrimoine, parfois irrémédiablement.»

Le descendants des rois de France affirme que «ce qui arrive aujourd’hui à St Denis se produit presque toutes les semaines dans les églises en France. Cela est inacceptable et il faut que ces lieux de foi soient mieux protégés.»Le Figaro indique qu’une «personne fragile» a commis les faits et a été interpellée juste après son acte. Le diocèse précise qu’«aucune parole ni aucun geste de menace n’a été proféré.» Le parquet de Bobigny indique l’individu sera jugé le 24 février pour la dégradation des statues en plâtre.

https://histoiresroyales.fr/louis-de-bourbon-condamne-actes-vandalisme-basilique-saint-denis/?utm_source=Histoires+royales&utm_campaign=3ddd7fd41e-EMAIL_14-12+actus+royales+du+14+décembre+2020_COPY&utm_medium=email&utm_term=0_3dc9ee7bab-3ddd7fd41e-411052269

  Le diocèse a précisé que les trois statues en plâtre dégradées, qui datent du XIXe siècle, «se sont fracturées en tombant» et «ne représentent pas de valeur patrimoniale». Un suspect a été interpellé et sera jugé le 24 février.

NDLRB. En quelque sorte pour le diocèse , il s’agirait d’un non événement . Ah s’il s’était sagit d’un buste de Marianne.

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/des-statues-de-la-basilique-de-saint-denis-degradees-par-un-vandale-20220109

4 thoughts on “Un fou, un fou forcément, brise à coup de barres de fer des moulages de statue à la Basilique Saint Denys (93200).

  1. Conseil dans l'Espérance du Roi

    “Un homme interpellé pour des dégradations de statues mercredi dans la basilique de Saint-Denis, qui abrite la nécropole des rois de France, sera jugé le 24 février, a indiqué dimanche le parquet de Bobigny.” C’est le contenu laconique de l’information en provenance de l’AFP, repris sans sourciller par la presse officielle, bien-pensante et docile.
    Mais ça ne suffit pas. Il faut dire qui il est et pas seulement, comme le fait le diocèse, que c’est “une personne fragile”.
    En vérité, il s’agit d’un christianophobe guyanais, sur le modèle de sa pasionaria, Christiane Taubira.
    A réexpédier dans sa mangrove après qu’il aura expié ses méfaits…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *