Humour Macronien ? Installer des immigrés à la campagne. Une étape supplémentaire dans le Grand Remplacement.

     Emmanuel Macron a dévoilé jeudi les contours du futur projet de loi sur l’immigration, qui doit être présenté début 2023. Parmi les mesures possibles, l’une d’elles a particulièrement retenu l’attention : envoyer des réfugiés à la campagne.

     Le but affiché est de mieux répartir le flux de migrants que la France peine à juguler. Le chef de l’Etat a ainsi annoncé que «les conditions de leur accueil seront bien meilleures que si nous les mettons dans des zones qui sont déjà densément peuplées, avec une concentration de problèmes économiques et sociaux massifs».

  Le président de la République s’est également justifié en affirmant que cette arrivée d’étrangers permettrait de contrer la perte de population des espaces ruraux et pourrait éviter des fermetures de classes «des écoles et des collèges».

2022-09-16/installation-de-migrants-la-campagne-le-grand-remplacement-est-pour-emmanuel

                                Illustration communiquée par Jean-Yves Pons.

11 thoughts on “Humour Macronien ? Installer des immigrés à la campagne. Une étape supplémentaire dans le Grand Remplacement.

  1. Hervé J. VOLTO

    Le « projet Horizon »…
    http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2022/09/06/face-au-projet-horisonpas-de-grand-remplacement-a-callac-22-6399693.html
    n’es qu’une “expérience” !

    Le but du jeux est la répartition des immigrés en zone rurale
    https://www.bvoltaire.fr/repartir-les-migrants-en-zone-rurale-le-coup-de-grace-porte-aux-campagnes/?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=2c950d7d05-MAILCHIMP_NL&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-2c950d7d05-31139845&mc_cid=2c950d7d05&mc_eid=c4677cffb8

    Reply
  2. Hervé J. VOLTO

    Pour Éric Ciotti, candidat à la présidence des LR, « vouloir déplacer les problèmes liés à l’immigration vers les zones rurales est une hérésie et une lâcheté ». Bruno Retailleau, son challenger chez LR, attaque : « Dans le monde merveilleux d’Emmanuel Macron, l’immigration n’est jamais un problème, il faut que tous les territoires puissent en profiter. » Plus radicale, Marine Le Pen résume : « Incapable d’appliquer la loi, Emmanuel Macron veut la changer. » Encore plus taquin, Damien Rieu, de Reconquête, lance une idée : « Les grands propriétaires et millionnaires qui soutiendront une politique de répartition du 93 dans nos campagnes devront montrer l’exemple en ouvrant leur porte aux clandestins. Dans le cas contraire, la jurisprudence Martha’s Vineyard-DeSantis sera appliquée. »

    Reply
  3. Hervé J. VOLTO

    Stéphane Buffetaut,
    Vice-président du CNIP, ancien député au Parlement européen l’a bien expliqé :
    [Tribune] Immigrants dans nos campagnes : la nation n’est pas un agrégat d’individus que rien ne relie
    https://www.bvoltaire.fr/tribune-immigrants-dans-nos-campagnes-la-nation-nest-pas-un-agregat-dindividus-que-rien-ne-relie/?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=5aa0f9736a-MAILCHIMP_NL&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-5aa0f9736a-31139845&mc_cid=5aa0f9736a&mc_eid=c4677cffb8

    Il a raison ! et notre devoir est de rappeler que la France est avant tout LA NATION DES FRANCS QUI A DIEU POUR FONDATEUR et que les Français sont UN PEUPLEDE RACE BLACNHE, DE CULTURE GRECO-ROMAINE ET DE CIVLISATION CHERTIENNE (Gènéral de gaule).

    Reply
    1. Jean DEWEER

      Le peuple est relié par son inconscient collectif qui exprime son identité. Il ne doit y avoir rien de propre aux Francs, cela doit être pareil pour trous les peuples même si ce n’est pas manifeste. Dieu ne renie pas les peuples qu’il a créés avec leurs singularités, leur charisme….

      Reply
  4. Catoneo

    L’installation d’étrangers à la campagne n’est pas un scoop. Cela s’est pratiqué dans l’entre-deux-guerres après la saignée de 14-18 (voir les patronymes du Gers par exemple).

    La vraie question est de savoir si et comment les nouveaux venus se maintiendront dans des territoires dont les actifs ont fui. Il est à parier qu’après une période d’implantation laborieuse et une fois les cartes de séjour distribuées, les étrangers fassent mouvement vers la ville où réside leur communauté déjà installée.

    La France rurale n’est pas toujours le chromo du village pimpant aux toits neufs mais elle est faite aussi de villages abandonnés par centaines avec leurs champs en friche et leurs terrasses disparues sous les ronciers géants. Pourrait-on remettre la terre en culture et générer un autofinancement ? Sur le papier, oui.

    Sauf à y installer des asiatiques, comme les Hmong en Guyane, j’en doute fort, dès lors que les Français n’ont pu s’y maintenir, quel que soient le courage des nouveaux pionniers et le niveau des subventions.

    Donc c’est pour moi la fausse bonne idée, allumée dans l’esprit d’un technocrate. Mais le problème du désert demeure. Qui a une bonne idée ?

    Reply
  5. Alain Texier Post author

    Communiqué de Yann Baly Président de Chrétienté-Solidarité
    septembre 20, 2022 , 11:44

    Dans la perspective d’une énième « nouvelle » loi sur l’immigration (ce sera la 28e depuis 1981), Emmanuel Macron a émis le souhait de sortir les immigrés déjà présents dans les quartiers dits défavorisés (dans lesquels, pourtant, les millions coulent à flot depuis plus de 30 ans) et d’accueillir les nouveaux arrivants dans les zones dites « favorisées » et les campagnes françaises.

    Le président de la République poursuit ainsi un programme de colonisation à rebours du territoire français et met en œuvre le programme des « indigénistes », dont fait partie son actuel ministre de l’éducation, que l’on continue étonnement de qualifier de « nationale ». Ce courant, mû par un racisme antifrançais et antiblanc, a été combattu par Chrétienté Solidarité et l’AGRIF, alors qu’il n’en était qu’à ses prémisses, incarné que par la très haineuse Houria Boutelja.

    A la différence des colons venant de la France métropolitaine pour s’installer en Algérie au XIXe et au XXe siècles, les néo-colons de Macron ne construisent pas de routes, n’édifient pas d’hôpitaux ou d’écoles. Ils se contentent de bénéficier des nombreuses aides sociales et privilèges qu’un Etat, pourtant au bord de la faillite, leur distribue généreusement avec l’argent que l’on ponctionne auprès des « souchiens », ainsi que sont nommés les Français de souche par les indigénistes.

    Nous assistons à une véritable substitution de population par l’effet conjugué d’une entrée toujours plus massive d’immigrés et d’une baisse continue de la natalité française. Nous sommes, désormais, dans une phase avancée du génocide français que dénonçaient, dès 1981, Bernard Antony et Chrétienté Solidarité.

    Face à cette nouvelle tentative dissolution de la nation française, un seul mot d’ordre : résistance !

    L’heure n’est plus aux palabres politiciens mais à un sursaut d’unité nationale et de salut public pour sauver notre peuple et notre civilisation.


    https://www.lagrif.fr/communique-de-yann-baly-president-de-chretiente-solidarite/

    Reply
  6. Jean DEWEER

    Nous marchons sur des oeufs mais risquons nous tout de même! Considérant que chaque peuple a son inconscient collectif propre, sa culture distincte, (ça se démontre à force d’expérience, il suffit de le constater) ne pouvons-nous pas prendre le problème autrement? La république refuse les statistiques ethniques, ce serait l’erreur fondamentale. Ne serait-il pas temps de faire un grand recensement des peuples du monde en France? Question: à quels peuples appartenez-vous? Deux ou trois réponses. En ce qui me concerne; français, franc, normand, autant dire aborigène, souchien, héritier de rien pour ka république dite française! On y verrait plus clair et on pourrait agir en conséquence, établir des priorités. Ce serait s’acheminer vers un autre mondialisme que celui de la république qui mélange tout (et pas seulement dans le domaine des peuples!) et qui en définitive n’a rien d’universel.

    Reply
  7. Jean DEWEER

    A Alain Texier
    Je vous ai envoyé deux emails que vous pouvez partager, transférer pour alimenter le débat. Selon la DSM, le dictionnaire américain des maladies mentales, repris en France, si je suis ce que je suis, c’est que je suis bipolaire ou atteint d’une maladie neurologique. Au mieux, être français n’est qu’une maladie neurologique… J’explique ce qui m’est arrivé dans “Louis XVII Evasion Descendance Rédemption” de Jean-Georges de Weer. Cela a brisé ma vie et mes contacts avec mes concitoyens (nes)….

    Reply
    1. Jean DEWEER

      Ce qu’il va se passer. C’est bien parti pour…
      Centurie V-31
      Par terre Attique chef de la Sapience,
      Qui de present est la rose du monde:
      Pont ruiné, & sa grande preeminence
      Sera subdite & naufrage des ondes.
      Après on verra avec le peu de survivants…

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.