Jean-Yves Pons. L’islam est bien incompatible avec notre civilisation.

L’islam est bien incompatible avec notre civilisation.

        Ce qui se passe actuellement en Iran était inespéré en terme de démonstration du caractère strictement et exclusivement oppressif de l’islam. Prouvant ainsi que ce dernier n’est pas une religion mais une complexe organisation tyrannique de la société ainsi que nous ne cessons de l’affirmer depuis la fondation du CER.

      Mais ce qui est particulièrement intéressant dans cette affaire c’est que la révolte de la société iranienne depuis la mort, le 16 septembre, à Téhéran, de Mahsa Amini, 22 ans, après son arrestation par la police des mœurs, met à bas des valeurs que la gauche a portées tout au long de son histoire. Logiquement, les défilés au cri de « femme, vie, liberté », le spectacle incroyable des Iraniennes arrachant leurs foulards et les brûlant dans des feux de joie, auraient dû susciter des cortèges de soutien massifs et des actions de solidarité enthousiastes.

En réalité, les manifestations de solidarité ont été tardives et peu suivies quand les commentaires se sont limités à des généralités. Comme si les « insoumis » et les Verts, empêtrés dans leurs affaires mêlant violences faites aux femmes et batailles de leadership, n’avaient guère d’énergie à consacrer à un événement international majeur.

       La révolte anti-tchador des Iraniennes renvoie la gauche à une question qui n’a cessé de la fracturer depuis 1989, année de la fatwa contre Salman Rushdie lancée par l’ayatollah Khomeyni, et de l’exclusion d’élèves voilées d’un collège de Creil. Le foulard islamique est-il un accessoire vestimentaire dont la signification relève strictement de la libre interprétation individuelle ou bien un vecteur politique de domination ?

      La première réponse est majoritaire au sein de la gauche réunie dans la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes). « Si vous décidez comment les femmes doivent s’habiller, vous ne vous en sortirez pas », affirmait Jean-Luc Mélenchon, sur C8, en février, en évoquant le foulard des« grands-mères bonnes catholiques », qui « n’était pas un problème ». Un positionnement à rapprocher des 69% des voix des électeurs musulmans (selon une étude de l’IFOP) que le leader de LFI a recueillies au premier tour de l’élection présidentielle d’avril ! Quant à Sandrine Rousseau (la “Sardine Ruisseau” des humoristes), lors d’une interview sur LCP, fin 2021, elle disait se « désespér[er] que le corps des femmes et la manière dont elles habillent leur corps soient encore un sujet ». Affirmant que « les femmes qui sont voilées, ce n’est pas l’islam politique », elle estime que certaines « portent [le voile pour des raisons]qui sont juste un embellissement »

         L’ennui est que les événements d’Iran disent tout autre chose. Les manifestants qui affrontent les forces de l’ordre visent le voile en tant que clé de voûte d’un régime autoritaire dont le caractère religieux sert de paravent aux tyrans au pouvoir. L’asservissement des femmes, par la criminalisation de toute tenue non conforme, y commande la mise au pas de toute la société. « Maintenir les femmes sous le voile, c’est maintenir la société sous le joug du droit islamique traditionnel. L’élite [du régime iranien] corrompue et répressive a besoin de ce bouclier de l’asservissement des femmes pour conserver son pouvoir », analyse, dans L’Obs, le sociologue franco-iranien Farhad Khosrokhavar. La dénonciation est d’autant plus forte qu’elle n’est pas inspirée par l’Occident et qu’elle vient de femmes étiquetées elles-mêmes comme musulmanes.

       Cette réalité iranienne d’un voile instrument d’oppression politique sous le couvert de la religion vient donc heurter les schémas qui, dans notre pays, tendent à présenter le voile soit comme un simple « morceau de tissu », soit comme un instrument d’émancipation, de résistance à une société postcoloniale, voire d’expression d’un féminisme islamique. Les femmes iraniennes contrarient aussi la rhétorique de ceux qui, en Occident, considèrent toute vision critique du port du voile comme une insupportable « appropriation culturelle ». Pauvres imbéciles…

       Sur son blog, le 23 septembre, Jean-Luc Mélenchon salue les événements d’Iran comme « un événement féministe majeur », tout en affirmant que « le foulard retiré ou brûlé n’est sans doute pas un objet de “lutte” en soi ». Mais il passe sous silence la centralité du foulard en question dans le système répressif iranien, le rôle d’étendard qu’il a joué depuis que la révolution islamique de 1979 l’a imposé en symbole de modernité, en norme musulmane, et l’arme mondiale de l’islamisme politique qu’il est devenu depuis lors.

       Pas question certes de nier le gouffre qui sépare les contextes iranien et français : la loi iranienne rend le port du voile obligatoire pour les femmes et tient les contrevenantes pour des criminelles ; la loi française protège le droit des femmes qui choisissent de le porter tout comme la liberté de celles qui le refusent. Quant aux motivations, on sait à quel point elles sont, en France, multiples, intimes pour les unes mais hélas souvent instruments de revendications communautaires pour les autres.

     Mais, en tout état de cause, nous devons rappeler aux sourds et aux aveugles qui font l’information des Français mais font aussi le lit de l’islamisation de la France que ce “fichu” foulard n’est rien d’autre qu’un instrument d’oppression en terre islamique devenu une puissante arme politique transnationale. Il serait temps de redescendre sur terre.

Pour le CER et avec l’aimable partenariat de la Charte de Fontevrault, Jean-Yves Pons, CJA.

13 thoughts on “Jean-Yves Pons. L’islam est bien incompatible avec notre civilisation.

  1. Hervé J. VOLTO

    Nous devons rappeler aux sourds et aux aveugles qui font l’information des Français mais font aussi le lit de l’islamisation de la France que ce “fichu” foulard n’est rien d’autre qu’un instrument d’oppression en terre islamique devenu une puissante arme politique transnationale. Il serait temps de redescendre sur terre.

    Au Burkina Faso, ils accusent la France de financer et d’armer les terroristes islamiques.

    Pour en finir avec l’islamisme, il faut en finir avec la laicité.

    Rappelons que le Royalisme en France, c’est avant tout une attitude culturelle Catholique, celle de la Tradition. En politique, il participe du principe d’expansion-évangélisation dont Léon XIII et Charles de Foucault reprendront l’idée : tout le contraire de l’actuel euro-mondialisme isalmisant ! C’est aussi un nationalisme Français et Chrétien : mourir pour la Patrie, c’est mourir pour le salut de la société Française destabilisée par les idées révolutionnaires. C’est enfin, face à la masse, l’affirmation de la personne… voulue Chrétienne.

    Reply
  2. Hervé J. VOLTO

    Le Royalisme politique, pour sortir de l’hibernation où la Ralliement du 16 février 1892 l’a plongé, devra (re)devenir un mouvement Catholique autant que patriotique, rappelant la vocation Catholique de la France et de ses Rois, et prônant la doctrine sociale de l’Eglise comme ligne de conduite politique.

    Catholiques et Français toujours ! Et Royalistes parce que Catholiques et Français…

    A lire : PRÉCIS DE LA DOCTRINE SOCIALE DE L´ÉGLISE À L´USAGE DES CHEF D’ETAT, du Père Jean-Jacques MARZIAC
    http://www.chire.fr/A-121086-precis-de-la-doctrine-sociale-de-l-eglise-a-l-usage-des-chefs-d-etat.aspx

    Reply
  3. Hervé J. VOLTO

    Coup d’État au Burkina Faso : des manifestants mettent le feu à l’ambassade de France et saccagent le bâtiment
    https://lalettrepatriote.com/coup-detat-au-burkina-faso-des-manifestants-mettent-le-feu-a-lambassade-de-france-et-saccagent-le-batiment/

    Ils n’en peuvent plus de l’islamisme, ils n’en peuvent plus du jihadsme, il n’en peuvent plus du terrorisme…

    Il n’en peuvent plus de la France qu’ils accusent de financer et d’armer le terrorisme.

    Nous aussi, Franòais, on n’en peut plus : la leçon de Callac devrait nous ouvrir les yeux.

    Reply
  4. Hervé J. VOLTO

    Sandrine Rousseau huée à la manifestation pour les femmes iraniennes : fin de l’imposture morale ?
    https://www.bvoltaire.fr/sandrine-rousseau-huee-a-la-manifestation-pour-les-femmes-iraniennes-fin-de-limposture-morale/

    Pendant que des femmes meurent en Iran pour protester contre le voile, symbole de l’oppression masculine et religieuse, Sandrine Rousseau se victimise en France : elle semble incapable de voir que, si elle fait l’objet de critiques, c’est précisément parce qu’elle a justifié le port de ce symbole par les musulmanes
    https://www.causeur.fr/revolte-contre-le-voile-en-iran-lembarras-de-la-gauche-francaise-qui-a-defendu-la-liberte-de-le-porter-243666

    Reply
  5. Catoneo

    L’islam en soi est une civilisation, il en a tous les attributs, à l’inverse du judaïsme qui n’en est pas une.
    Les civilisations ne sont généralement pas miscibles, mais sur un même espace l’une pourrait phagocyter l’autre.
    Dans notre cas, la civilisation traditionnelle française fondée sur les valeurs gréco-romaines, et croyant au judéo-christianisme jusqu’à midi, est en repli. Elle ne fait pas assez d’enfants et se détruit de l’intérieur par la décadence de ses moeurs et par une lâcheté née de l’effondrement de 1940 (c’est ma thèse perso).

    Si en France les sectateurs du Prophète envisageaient de réformer nos moeurs sociales, à bonne ou mauvaise raison, nous entrerions dans l’âge du Bas-Empire régénéré par la barbarie invasive.
    Il semblerait que la tendance générale soit plutôt au communautarisme anglo-saxon et donc à la coexistence pacifique pour la majorité des fidèles, chrétiens et juifs compris. Les limites des sphères privées et publiques vont de plus en plus être marquées par un retour de balancier contre la mode lgbtq+ qui tend à régir l’intime, laissant les manifestations de foi et de moeurs dans une zone grise entre les deux où il peut y avoir de violents contacts comme aux Mureaux.
    Mais quand on a dit ça, on fait quoi après pour améliorer notre jeu ?
    Je ne pense pas que la prière suffise, le Ciel est en RTT.

    Partir sur de grands effets de manche au pupitre des préaux, comme y vont certains partis xénophobes, est une façon d’avouer qu’ils n’ont pas de solution praticable ou qu’ils n’en cherchent pas, se satisfaisant du bruit médiatique que suscite le “scandale” du moment. La remigration brandie est une supercherie. Ils ne l’ont même pas étudiée.

    Reply
    1. Conseil dans l'Espérance du Roi

      Et c’est bien là toute la question. Bravo ! Car pour que la remigration ne soit pas une supercherie (comme elle l’est hélas pour beaucoup de ses prétendus militants) elle doit être réfléchie et organisée systématiquement, point par point et quoi qu’il en coûte. Car elle est nécessaire et possible à la seule condition d’en avoir la volonté politique et de s’en donner les moyens avec l’aval des citoyens… On peut rêver car très peu y pensent sérieusement tant leur veulerie les rend abouliques.

      Reply
      1. C.

        Une remigration doit être minutieusement organisée pour ne pas obérer l’économie quotidienne du pays. C’est un énorme travail d’analyse mais, à part les mégretistes de jadis, les équipes dirigeantes des partis qui prônent cet “assainissement” ne sont pas réputées pour leur ardeur à la besogne.
        Qui pis est, c’est une affaire sur vingt ans ; autant dire qu’elle ne peut entrer dans les calculs électoraux de chasse à la prébende.

        Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.