Grimaldi ? Polignac ? Quid de l’identité des souverains les plus proches (Principauté de Monaco) de la France ?

Les changements de dynastie au cours de l’histoire

Traditionnellement les dynasties se succèdent à la tête des pays lorsque le souverain est déchu ou qu’il décède sans descendance. Le trône revient alors à une nouveau souverain élu ou à un cousin ou parent qui peut appartenir à une autre famille.

L’autre raison qui engendre un changement dynastique est lorsque la transmission du trône passe par une femme. Habituellement, le souverain qui succède à sa mère appartient à une nouvelle dynastie, celle du nom de son père. C’est ainsi que la famille royale britannique est devenue Hanovre à la mort de la reine Anne, dernière des Stuart (son plus proche parent protestant, George 1e lui a succédé). Les Hanovre sont ensuite devenus Saxe-Cobourg-Gotha lorsqu’Edouard VII a succédé à sa mère Victoria. Les mariages étaient donc très importants car sceller l’union entre deux maisons pouvait avoir des répercussionssions sur l’avenir de la dynastie.

Ce ne fut pas toujours le cas non plus. Certaines familles ont préféré garder leur nom, quelle que soit le mode de transmission. Les descendants de Marie-Thérèse de Habsbourg et de François de Lorraine ne se sont pas appelés Lorraine mais Habsbourg-Lorraine. On a simplement accolé le patronyme masculin au prestigieux nom des Habsbourg et la lignée a continué avec le nom de la dynastie ancestrale, même si d’un point de vue généalogique la Maison impériale d’Autriche est une branche de la maison de Lorraine.

Plus récemment, les monarchies européennes ont toutes, les unes après les autres, abrogé la loi salique, ayant pour effet qu’à la tête de toutes les monarchies d’Europe puisse un jour se retrouver une femme. Et par conséquent, leur successeur entraînerait un changement dynastique. Pour éviter ce problème, plusieurs pays ont simplement réglé la question en figeant le nom de la dynastie et de la famille à l’aide d’une loi.

Certaines monarchies, qui ont une longue tradition avec les femmes sur le trône, comme aux Pays-Bas, avaient déjà réglé cette question depuis longtemps. Entre 1890 et 1980 trois reines se sont succédé aux Pays Bas et le nom de la famille royale est pourtant resté Orange-Nassau. Au Luxembourg, la famille reste Nassau malgré le règne de la grande duchesse Charlotte. Au Royaume-Uni, il a déjà été décidé que le prince Charles restera un Windsor. Au Danemark, après Margrethe II, son fils Fredrick restera un roi de la dynastie Glücksbourg, et les enfants de Victoria de Suède sont des Bernadotte, tout comme la famille royale espagnole restera Bourbon après le règne de Leonor.

…………..

Aujourd’hui, les Grimaldi sont bel et bien des Grimaldi grâce à Jean 1er, seigneur de Monaco, qui en date du 3 avril 1454, a fixé une sorte de charte fondamentale du droit grimaldien, qui indique qu’en «l’absence de fils héritier, les filles du seigneur ou celles de son fils défunt sont déclarées aptes à la succession». Autrement dit, c’est dès le 15e siècle que l’on accepte une femme sur le trône, en l’absence d’hommes dans une fratrie. La charte de succession continue et précise que si cette dame (souveraine) de Monaco épouse un homme qui n’est pas un Grimaldi, celui-ci, dès le jour du mariage, doit renoncer à son nom et à ses armes, et prendre le nom et les armes de Grimaldi, peut-on lire dans le N°3 des Annales monégasques de 1979.

  Beaucoup plus de  détails en activant le lien suivant qui vous donnera accès à un grand  nombre de tableaux généalogiques tous plus passionnants  les uns  que les autres. :

https://histoiresroyales.fr/vrai-nom-grimaldi-polignac-chalencon/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *