Maires de France : Il est dangereux de hurler avec les loups !

        Hélas nos édiles commencent, un peu tard, à s’en rendre compte alors que leur réunion annuelle s’est terminée mercredi 24 novembre et qu’ils implorent le gouvernement de leur venir en aide face aux violences qu’ils subissent au quotidien.

      Selon l’enquête réalisée pour l’Association des maires de France (AMF) par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) à l’occasion du 104e congrès des maires, qui s’est tenu à Paris du 21 au 24 novembre, les conflits locaux se règlent de moins en moins autour d’un café… La part d’élus qui déclarent avoir été victimes de menaces verbales ou écrites a augmenté de 11 points en deux ans, passant de 28 % à 39 %. Les incivilités (impolitesse, agressivité), 10 points (de 53 % à 63 %) ; les injures ou insultes, 8 points (de 29 % à 37 %) ; les attaques sur les réseaux sociaux ou sur Internet, 7 points (de 20 % à 27 %). Les violences physiques sont, elles, passées de 5 % à 6 %. Bref, tout va pour le mieux dans un pays à la dérive.

       Les incivilités qui se multiplient « nous pourrissent la vie, assure un maire d’une petite commune du Finistère . On vient sonner à ma porte en pleine nuit, par exemple. On y est tous confrontés. Mais il n’y a jamais eu de tags me visant. Pas de courriers de menaces, pas de pneus crevés… Pourtant, des collègues connaissent ça. »

         C’est le cas de Jérémie Bréaud, maire Les Républicains de Bron (Rhône)  https://www.ville-bron.fr/actualites/jeremie-breaud-un-nouveau-maire-pour-bron , dans la banlieue de Lyon. Elu en 2020, il attaque bille en tête les problèmes d’insécurité de cette ville de 42 000 habitants. Il impulse des actions de police contre les trafiquants de drogue. « Une semaine après le drame qui a frappé le professeur Samuel Paty, un “Bréaud, on va te décapiter” a été tagué sur un mur », raconte-t-il. Bron était « la capitale des mariages qui débordent », assure l’élu municipal : rodéos, pétards, et jusqu’à des fumigènes dans l’hôtel de ville… “C’est bon comme là-bas, dis !

https://www.youtube.com/watch?v=q0pXjhzJ0jA

      Le maire impose alors des « mesures fortes » et fait intervenir la police. « C’est un rapport de force, reconnaît-il. Ceux qui avaient l’habitude de faire ce qu’ils voulaient ont été surpris et ont montré leur mécontentement. » Et c’est allé assez loin, ce soir de février 2021. Lors d’un déplacement dans l’un des quartiers prioritaires, sa voiture est caillassée et il est pris à partie : « Des jeunes nous ont balancé des bouts de bois, des canettes d’un demi-litre et des cailloux… » Sur le coup, « on n’a pas le temps d’avoir peur, explique M. Bréaud. Mais après, on se dit : “On est où, là ? C’est le Far West ?” Là, j’ai eu peur. Ça aurait pu être bien plus grave. Je n’ai pas été élu pour ça. » 

       Mais il y a pire encore. Car ces phénomènes violents ne concernent plus seulement les métropoles ou les grandes villes. Ils ont gagné désormais les villes moyennes et même les villages de nos provinces.

      Inutile de préciser à quelle catégorie de la population de notre pays appartiennent les auteurs de ces actes ! Mais vous l’avez deviné bien sûr puisqu’il s’agit essentiellement de voyous ou de malfrats issus de l’immigration. Ceux-là même dont la plupart des maires soutenait l’accueil sur notre territoire ainsi que le métissage ethno-culturel qui en résultait, dans leurs écoles, au lieu de se dresser contre la dictature de la pensée conforme et obligatoire.

Raté !

     « Quasiment tous les maires que j’ai rencontrés, au moins 5 200 depuis un an, témoignent de tensions croissantes dans la société », assure David Lisnard. Le maire Les Républicains de Cannes (Alpes-Maritimes) rappelle que, « si la criminalité a globalement baissé depuis le Moyen Age (sic), un renversement s’est produit il y a une dizaine d’années ». En cause ? Les ravages de l’immigration et l’échec de l’assimilation. Même si Caroline Cayeux, la ministre des collectivités et ancienne maire de Beauvais (Oise), prétend qu’il ne s’agit que d’une « crise de l’autorité » et que le rapport au pouvoir a changé. « Le maire est devenu un prestataire de services, déplore Jean-Paul Dor, avec lequel les citoyens, de plus en plus individualistes, revendiquent une relation de consommation : “il me faut…” ; “j’ai droit…” » Surtout lorsqu’on vient d’ailleurs.

      Autrement dit, et comme l’expliquait Patrice Gueniffey (https://www.youtube.com/watch?v=1Woi0hQgOWY), la triste évolution de notre société fait que cette situation n’à guère de chance de s’améliorer.

       Mais, après tout, il en est des maires comme des enseignants : ils récoltent ce qu’ils ont semé à l’époque où tous pensaient comme Jean Yanne que ” TOUT LE MONDE IL EST BEAU, TOUT LE MONDE IL EST GENTIL “. Nous n’en pleurerons pas :

https://www.youtube.com/watch?v=q0pXjhzJ0jA

Pour le CER et La Charte de Fontevrault, Jean-Yves Pons, CJA.

5 thoughts on “Maires de France : Il est dangereux de hurler avec les loups !

  1. Conseil dans l'Espérance du Roi

    Vous aurez remarqué combien Caroline Cayeux, désormais ex-ministre des collectivités et qui vient de démissionner pour de sombres affaires financières (décidément la Macronie est pourrie…), ne brillait toujours pas par sa lucidité face à l’évidence !

    Reply
  2. Hervé J. VOLTO

    Général Philippe Schmitt : « Il faut que les Français sachent que dans la rue, il y a des bombes »
    https://www.bvoltaire.fr/linvite-general-philippe-schmitt-il-faut-que-les-francais-sachent-que-dans-la-rue-il-y-a-des-bombes/?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=396009aaca-MAILCHIMP_NL&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-396009aaca-31139845&mc_cid=396009aaca&mc_eid=c4677cffb8

    Quinze ans après le meurtre de sa fille Anne-Lorraine dans le RER, le général Philippe Schmitt évoque au micro de BV son combat contre le laxisme judiciaire. Il déplore, sans s’en étonner, que ce sujet n’intéresse pas les féministes mais surtout qu’aucune décision n’ait été prise depuis lors pour lutter efficacement contre la récidive des crimes sexuels.

    Anne-Lorraine : nous n’avons pas oublié…

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *