Jean-Yves Pons. A propos d’un jugement de Dieu au XII éme siècle (1/2)

Un Jugement de Dieu au XIIème siècle.

      Après nos précédentes réflexions sur quelques confins inattendus du Haut Moyen-Âge, nous voudrions attirer l’attention des quelques lecteurs de ce blogue intéressés par l’histoire des coutumes et des moeurs de notre période médiévale, vers l’une des pratiques les plus significatives de cette époque : le Jugement de Dieu.

     Pour ce faire, voici un document extrêmement intéressant consacré à un duel judiciaire qui s’est déroulé au début de l’année 1179 sur l’Ile de Beaulieu (aujourd’hui Beaulieu-sur-Dordogne, en Corrèze – https://fr.wikipedia.org/wiki/Beaulieu-sur-Dordogne -), sur les terres du vicomte de Turenne Raymond II (https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_vicomtes_de_Turenne). Il s’agit de l’une des plus anciennes chartes en prose (langue vulgaire) limousine qui fut longtemps conservée dans le fonds de Turenne aux Archives Nationales avant d’être publiée par Ch. Justel, en 1645, dans Histoire généalogique des vicomtes de Turenne .

         Par cette charte, le vicomte Raymond II permet un duel solennel en l’Isle de Beaulieu, entre deux cousins, Hugues de Saint Céré, et Aimeric de Saint Céré, ce dernier étant accusé d’avoir tué par trahison Astorg de Saint Céré, frère de Hugues. À ce Jugement de Dieu assistèrent plusieurs des plus puissants féodaux des lieux alentours : Adémar, vicomte de Limoges, Archambaud, vicomte de Comborn, le vicomte de Gimel, Talleyrand, les seigneurs de Lastours, de Chabanois, de Castelnau, de Gourdon et quelques autres sur lesquels nous aurons à revenir.

       En voici d’abord la copie dressée par Justel dont on sait aujourd’hui qu’elle comporte un certain nombre d’erreurs aussi bien linguistiques que d’interprétation du sens précis.   .

       Cette copie a heureusement été redressée en grande partie par le grand philologue polonais Stanislaw Stronski, en 1914, dans son incontournableLégende amoureuse de Bertran de Born (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97692242.texteImage).

                   Sciant omnes tam presentes quam futuri. Que per la senioria quel coms Willelmes d’Alvergne avia à Sain Ceré, donada al vescomte Raymun de Torena, bigalz de Sain Ceré, en ygo, vengo devan lo vescomte Raimun, cum devan sor senior, cui ome litgeero, pel do quel coms d’Alvergne avia faih al vescomte de Torena, de tota la senioria, que avia en lor in el castel e eil, et tute li autre senior del castel, per com mandament del comte, aura faih al vescomte las litjunzas que devit far al comte; e appellero Aimeric de S. Ceré de traicio den Austore de S. Ceré son parer, quera fraira d’Ugo, e cosis Rigal, e den Bertran de S. Ceré, que avia mortz lo primier dilus de Caresme, sequentre la messa, quant ago a orada la croz nostre senior, que l’ospitalers de Jerusalem avia aqui aportada, e den Aimeric son paire, cui pres aquel, meeis jorn, e den Barnairet, e den Bertran garnere del castel que lor tole aquel meeis jorn, que lor avia fermat e jurat. Aimerix de S. Ceré responies aquest apel e dih que daizo non era tracher; que mal estans ab totz a quelz et avialz desfiatz dinz lo castel e de fors, li altre que apelano n’Aimeric Escondissa lo destiam dinz lo castel pois après aquesta razo emoltras d’altras que ago dih ambas las patroas; conoc lou cortz de lor senior lo vescomte quen Aimerix se devia defendre per batalia, que tracher no fos ab cavaler que fos sor pars de riqueza e de grandaza en Aimeric auteger lo jugament, e dih que volunters s’en defendria si en la corz de so senior lo vescomte avia dih. Pois que lo jugamenz fon autra iatz per ambas partz. Lor senior lo vescomte, donec lo jorn à Belloc, per la batalia far, aquest jornz que los donec, fo lo martz primiers sequentre la octava S. Alari. Quant aquest jornz fo avengutz, lo senio lo vescoms vene à Belloc, et ab lui n’Aimars lo Vescoms de Lemotgas, en Arcambalz lo vescoms de Comborn, en Elias son filz, en Elias lo vescoms de Gimel, en Talairanz, eil senior Las Tors, en Jordas de Cabannez, en Rolf de Castelnou, en Fortainers de Gordo, en Giralz, que ero fraire al vescomte Ramund, davas lor maire, et molt d’altres barons aquest meéis jorn foro ambas las partidas den Rigal de S. Ceré, et d’en Ugo, et d’en Aimeric à Belloc, devan lor senior lo vescomte, ab lor cosseil, e presentero li gran massa de cavalers, que conogues sen totz aquelz cavalers n’avia negu que fos por n’Aimeric, per la batalia far, que la cortz del vescomte avia jutgada, et quan vene à la Derrairia, lo vescoms trobec ni hu que era delz seniors de Fontangas, et avia nom Giral Vezia, e jutget lo an Aimeric per so par, per aquesta egania se tamer la batalia dal martz que fo justada troi alios, aquel ios fo facta la batalia en la cita à Belloc, ea conguda de totz aquelz que la batalia viro, fo vencutz e mortz n’Aimeric. Après la mort d’en Aimeric, Rigal de S. Ceré, en Ugo vengo devan lor senior lo vescomte, é razonèro que lor redes las messios que avias faitas per la batalia, e que lor redes la terra el poder qu’en Aimerix avia dinz lo castel de S. Ceré, ni de fors, à aquestas paralos respondet lo vescoms, e dich lor que las despessas lor faria rendre tanquam deuria, mos tot quant al avio castel, ny de fors tenia per seu, e daco no lor avia re à redre, car l’encorremenz dels traidors den esser al senior, cui es om, lo traidre no perzo que fera vejcire Rigal de S. Ceré, nun Ugo que res lo degues escaer de tots la onor n’Aimeric, lera garnitz cum lor en feres dreh al esgard de sa cort, après aquesti espos del vescomte, Rigalz de S. Ceré, en Ugo acosselero se ab sauit omes, ab tot lor cosseil quei avio, el conogo quel vescoms lor dizia ver, et que la terra et la honors d’en Aimeric tant quam n’avia dinz lo castel ni de fors per un que re nagues era loax senior al vescomte, per la traicio que Aimerix avia faita, e se per neguna dreitura re podio demandar ny querre en tot quant n’Aimeric tenia al jorn que fetz la traicio, solso e deco e autreero empatz lor senior al vescomte, ea so lignatge, a tots temps, Rigalz de S. Ceré, en Ugo, e tus li altre parcerer del castel, Giralz de S. Ceré, en Willems, en Raolf de Burbujo, e Peire Austorx lo filz Girbt(?) de Marcennac, e sobre tot aizo Bernardz de S. Ceré, lo gro que era parcerers, e oncle Aimeric al Vencut, donnet e autres e solz empatz lo dreh e la rajo que adone, avia ni avenir li podia per retorn, ni peral cossi que avenir li pogues ella partida daquel so nebot n’Aimeric al vescomte, atretal do, e atretal solta, e atretal autream cum Bernard lo gro fetz al vescomte, della onor n’Aimerix fetz sos filz aira enpatz.

      Hoc totum factum est anno ab Incarnatione Domini MCLXXVIII,  regnante Papa Alexandro, Luduvico rege Francorum, Henrico rege Anglorum, et Raymundo comite Tolosano, et Geraldo Caturcensi episcopo, et Lemovicensi sede jam vacante.

       (imprimée dans Justel, Preuves du livre I de l’Histoire de la maison de Turenne, p. 35 et 36, extrait des Titres de la maison de Turenne).

      Grâce au Ciel sans doute, nous avons pu bénéficier d’une traduction en langue française par l’une de nos amies chartiste, bien rodée aux langues occitanes et que nous remercions très chaleureusement. C’est d’ailleurs elle qui nous avait gratifiés, il y a déjà dix ans, d’un brillant commentaire sur les Laudes Regiae : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2013/03/15/laudes-regiae-2/. Un signe du destin pour ce Jugement de Dieu qui se déroula à la fin du XIIème siècle dans une petite bourgade du Limousin, traversée par le 45ème parallèle nord, à égale distance géographique donc du Pôle Nord et de l’Equateur ! Nous publierons cette traduction dans un prochain article et en ferons le commentaire. D’ici là, réjouissez vos tympans :

https://www.youtube.com/watch?v=QH7Iwg3ktZ0

Pour le CER et la Charte de Fontevrault, Jean-Yves Pons, CJA.

3 thoughts on “Jean-Yves Pons. A propos d’un jugement de Dieu au XII éme siècle (1/2)

  1. Hervé Joseph VOLTO

    jugement de dieu , nom masculin
    Sens 1 : Religion

    Ancien mode de jugement dans lequel les plaidants étaient soumis à Dieu.

    Demande : peut-on l’appliquer à un pape qui donne un nouveau tour de vis pour contenir les communautés traditionalistes ?
    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/le-pape-francois-renforce-encore-le-controle-sur-les-traditionalistes-20230221?utm_source=CRM&utm_medium=email&utm_campaign=20230222_NL_ACTUALITES&een=a9347a23512c45cbd8e031529b640276&seen=2&m_i=40lTrurZgRmgLEy5Y3lHUJRFoiYeChFP8TC6WyDsytb6tvnkbOd4ETUKruCX2GR_C9GEzqVNhlk%2B7RjASzNQ9NDLhBKKOBDBqk

    Reply
  2. Pingback: Jean-Yves Pons. A propos d’un jugement de Dieu au XII éme siècle (2/2) - Charte de Fontevrault et Royalisme providentialiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.