La France royale protectrice des Chrétiens d’Orient

Pour la communauté internationale, le martyre des  chrétiens d’Irak est un drame de plus. Pour la France, c’est un défi majeur car «la protection des chrétiens  d’Orient » est un marqueur essentiel de notre diplomatie. Son histoire vaut d’être rappelée, car on oublie trop souvent qu’elle remonte au Moyen Âge.

Saint Louis a été le premier à lui donner une formulation officielle. En 1248, il entreprend la septième croisade pour sauver le royaume latin de Jérusalem . En route vers la Terre sainte, il fait escale à Chypre. Les chrétiens maronites en exil lui font triomphe. Convaincu que ces populations, dont le principal foyer de peuplement se situe autour du Mont-Liban, peuvent être l’avant-garde de la reconquête à venir, Saint Louis s’en proclame le protecteur: «Pour nous, déclare-t-il dans la charte du 24 mai 1250, et nos successeurs sur le trône de France, nous promettons de vous donner à vous et à tout votre peuple notre protection spéciale comme nous la donnons aux Français eux-mêmes.» C’est un texte fondateur car, pour la première fois, il accorde des garanties à des populations étrangères vivant sous la domination de princes musulmans.

«La protection des chrétiens d’Orient» est un marqueur essentiel de notre diplomatie. Son histoire vaut d’être rappelée, car on oublie trop souvent qu’elle remonte au Moyen Âge.

L’échec des croisades ultérieures et l’irrésistible progression de l’Empire ottoman vide cette protection de l’essentiel de sa substance. Mais elle ne cesse de hanter l’esprit de nos rois. Désireux d’affaiblir la maison d’Autriche, François Ier fait alliance avec Soliman le Magnifique en signant les fameuses «capitulations». Paris y gagne d’abord des avantages commerciaux qui lui confèrent un quasi-monopole sur le commerce avec le Levant. Mais la défense des chrétiens n’est pas oubliée. De jure, les «capitulations» n’accordent de garantie qu’aux Français. Cependant la France se fait aussi attribuer la garde des Lieux saints, ce qui lui donne un poids particulier.

Constamment renouvelées jusqu’à la Révolution française, les «capitulations» apparaissent de plus en plus comme un recours pour les chrétiens de l’Empire ottoman.

En 1604, la France  devient protectrice de l’ensemble des pèlerins européens. En 1625, le père Joseph, l’éminence grise de Richelieu, obtient l’autorisation d’envoyer des missionnaires à Alep. En contact étroit avec les consuls français, ils tissent un réseau très dense de soutien aux chrétiens locaux. De facto, la France devient la protectrice de tous les chrétiens d’Orient.

Dans le Théâtre de la Turquie, publié en 1682 (louis XIV) par Michel Febvre, pseudonyme d’un ecclésiastique, on peut lire: «Les chrétiens d’Orient opprimés sous le joug des infidèles fondent leur espérance dans la croyance qu’ils vont être un jour délivrés par un roi de France

http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2014/08/06/31005-20140806ARTFIG00009-de-saint-louis-a-la-guerre-du-liban-la-france-protectrice-des-chretiens-d-orient.php

 

2 thoughts on “La France royale protectrice des Chrétiens d’Orient

  1. Hervé J. VOLTO

    L’ « alliance impie » ou union sacrilège de la fleur de Lys et du Croissant » , conclue entre François I° et Soliman le Magnifique, et tant décriée jusque dans les rangs Royalistes, faisaient en fait partit d’accords passés entre les Valois et la Porte pour le libre accès des Chrétiens aux Lieux Saints, ce que les révisionistes républicains oublient de nous dire: ces accords s’appelaient CAPITULAIRES.

    Jérusalem étant retombé aux mains des Ottamnans, s’il n’y avait pas eu les Rois de France Très Chrétien et leurs Capitulaires, aucun Chrétien n’aurait pu retourner en Terre Sainte!!! Ces capitulaires faisaient parti de ce que l’on appelait LE PROCTECTORAT FRANCAIS SUR LES LIEUX SAINTS. Louis XIII, père du Roi Soleil a installé la première ambassade Française à Jérusalem en 1603: tout Chrétien, même non Français, pouvait y trouver refuge.

    Ce Protectorat fut concervé par la Révolution, l’Empire, la Restauration, la Monarchie de Julllet et la République: elle n’a cessé qu’en 1926, date à laquelle l’influance anglaise a supplenté l’influance Française en Terre Sainte. Depuis, la Custodie de la Terre Sainte est dans les mains de Franciscains … Français!

    Il faut arréter de toujours dénigrer ce pauvre François I°, qui fut un des plus grands Rois que la France ai porté. Pour la petite histoire, la soeur de François I°, Catherine de Valois, épousa le Roi de Navarre: elle est la mère de Jeanne d’Albret et donc la grand mère du… Bon Roi Henri IV!

    Hervé J.VOLTO, CJA

    Reply
  2. Hervé J. VOLTO

    Une autre chose: La présence constante des Franciscains en Terre Sainte, protégés par les Rois de France sous la Restauration, a été déterminante pour le développement de l’Église locale, jusqu’à rendre possible la restauration du Patriarcat latin à Jérusalem en 1847.

    Merci à Alain Texier d’avoir rappellé si brillamment ce sujet un peu oublié aujourd’hui, qui pourtant fut l’une des composantes de notre diplomatie jusqu’à il y a un siècle.

    Hervé J. VOLTO

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *