14 thoughts on “Elections législatives (12-19 juin 2022) (II). Encore un peu de patience pour notre commentaire .

  1. Catoneo

    Vous donnez les résultats intermédiaires basés sur les coalitions électorales qui cessent le dimanche à 20 heures.
    Les résultas utiles sont ceux des partis politiques capables de former un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale avec les droits d’agir y attachés et les financements propres au groupe constitué qui ne sont pas rien.
    L’équation de la nouvelle législature a donc neuf “inconnues”.

    Reply
    1. Alain Texier Post author

      La nécessité de coller à l’actualité nous a poussé à réagir immmédiatement ; Des chiffres plus à jour vont suivre.

      Reply
  2. Conseil dans l'Espérance du Roi

    Notre ami Catoneo nous a gratifié d’un premier avis sur les élections législatives dès avant le premier tour et dans lequel il pointait du doigt “l’obsession islamique d’Eric Zemmour et son parti Reconquête!” (https://royalartillerie.blogspot.com/2022/06/doit-on-voter-dimanche.html). Errare humanum est ! Mais nous y avions néanmoins répondu ainsi :

    “qu’il considère que la mise en accusation de l’islam par Eric Zemmour et son parti Reconquête ! est “une obsession” nous apparaît d’abord comme un contresens mais aussi comme une faute d’une extrême gravité qui, non seulement témoigne de beaucoup d’aveuglement, mais contribue surtout à alimenter l’argumentaire islamo-gauchiste (ndcer: on en a vu quelques conséquences dans les scores électoraux de LFI dans les banlieues de nos grandes villes).

    Y ajouter que cette prétendue obsession “ne peut déboucher sur une reconquista” au prétexte que “c’est trop tard” nous laisse sans voix !… Qu’en penseraient Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon sans compter les innombrables guerriers chrétiens, de la bataille de Covadonga à la chute du royaume de Grenade ? Quel aveu de faiblesse. Quel terrible renoncement. Car c’est bien de cela dont nous mourrons si nous refusons de lancer cette Reconquête de la France.

    Contrairement à cette affirmation, il n’est pas trop tard et nous pouvons encore inverser le cours d’une histoire que d’autres, les Républiques successives d’abord puis leurs enfants dégénérés qui constituent l’oligarchie actuellement au pouvoir, ont accepté d’écrire par leur lâcheté et leur haine de notre pays. IL FAUT SIMPLEMENT LE VOULOIR ARDEMMENT ET LE METTRE EN OEUVRE ENSUITE. Même si cela doit se faire par le sang et les larmes. Comme en Espagne, entre le huitième et le quinzième siècles. Et sans doute aussi, avec d’autres motivations, entre 1936 et 1939.”

    Mais voici que quelques jours plus tard nous parviennent quelques explications de texte complémentaires difficiles à comprendre. Perseverare diabolicum ! A moins que nous ne soyons que de pauvres sots hermétique à toute réflexion, ce qui après tout reste possible (https://royalartillerie.blogspot.com/2022/06/pays-r-vs-pays-r.html).

    Dans ce dernier texte, Catoneo affirme en effet que “Le pays France d’aujourd’hui, un 18-Juin en plus, n’est plus dans cette citation de Charles de Gaulle : « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Sinon la France ne serait plus la France ! » Précisant d’ailleurs sa pensée : “Ben oui ! La France – comme bizarrement tous ses voisins européens – ne répond plus aux critères de race et de religion. Elle a subi la pression démographique du tiers-monde cherchant à se sauver de la misère et comme aucune nation n’est étanche, pas même la Corée du Nord, des races extérieures à l’ethnographie traditionnelle du pays de destination se sont infiltrées dans la pyramide française des âges, ce qui en soi n’est pas une calamité, surtout s’il s’agit de la réflexion d’un chrétien.”

    Hélas (ou heureusement) il se trompe. Notre pays n’est pas victime de “la pression démographique du tiers-monde cherchant à se sauver de la misère”. Il est victime avant tout de l’idéologie dominante (même dans notre famille de pensée comme nous pouvons le constater) qui affirme que “tout le monde il est beau et tout le monde il est gentil” et qu’en plus “tout le monde il est pareil” ! Cette même pensée conforme et obligatoire qui se satisfait, lorsqu’elle ne s’en réjouit pas, que le métissage soit devenu l’horizon indépassable de l’humanité.

    Il est victime aussi du mondialisme qui n’a pour seul objectif que la marchandisation des êtres humains et des profits financiers chaque jour plus importants au point de réduire ces malheureux en serfs des temps modernes et nous mêmes en stupides consommateurs. Ces négriers nous inondent de leurs marchandises souvent inutiles mais aussi de leurs nouveaux esclaves auxquels ils promettent des lendemains qui ne chantent jamais. Cela a commencé avec les ouvriers maghrébins importés dans nos mines et nos usines automobiles, cela continue avec l’exploitation des mêmes et de quelques autres dans le BTP, la manutention ou l’hôtellerie-restauration…

    Il est victime enfin de la lâcheté de générations successives de dirigeants politiques pris de panique à l’idée de remettre toutes ces folies en question !

    Au point que Catoneo lui-même baisse les bras en affirmant ceci : “Il suffit de le patrouiller en tous sens – comme le fit Jean lassalle par exemple – pour s’apercevoir qu’à l’instar de la Rome antique ce pays fonctionne par ses nègres. (…) Non européens les qualifierait mieux, aliens serait désobligeant, ils sont partout. Absolument, jusque dans l’infanterie. Ce n’est donc pas la peine d’énumérer les activités les plus pénétrées puisqu’ils sont partout. En passant, relevons que l’ubérisation de l’économie a plus fait pour une population exogène en déficit d’accession à l’emploi que tous les plans banlieues réunis.”

    La belle affaire. Certes il est tard car les Français n’ont pas saisi la chance et les moyens que leur offrait la candidature d’Eric Zemmour, le seul qui ait pris la mesure réelle (avec nous…) de la tragédie qui s’annonce. Mais en vérité, il ne sera vraiment trop tard que si le constat qui précède s’impose à tous les esprits et, surtout, aux nôtres.

    A à peine un mois des commémorations johanniques de mai et à seulement trois jours de celle de l’appel du 18 juin 1940, sans lequel nous aurions depuis longtemps disparu, ceci mérite réflexion.

    Reply
    1. Catoneo

      Le CER a un long chemin devant lui pour entrer au pays de Vérité. Mais ce pays sera comme un mirage qui recule à mesure qu’il avancera. Il suffirait pourtant de commencer par un pas ! Celui de la démographie vraie.

      Reply
  3. Jean DEWEER

    Les royalistes fidèles tiennent dans une pièce de quelques pieds carrés, si en plus ils se divisent… Eric Zemmour est républicain, ne mentionne ni le christianisme ni le roi et encore moins un éventuel envoyé de Dieu qui parlerait entre autres aux musulmans, les combattrait faute de pouvoir les convertir, eux qui piétinent sans vergogne le “Tu ne tueras point”. C’était le rôle de Georges en Aragon lors de la reconquista mais Eric Zemmour, plus politicien que mystique, exprime-t-il qu’il a besoin d’un tel appui? Emmanuel Macron a beau jeu de dire qu’il faut légiférer autrement. il ne rencontre aucune opposition valable… fondamentalement. Tous les partis sont à botte. Il faut voir ce qui se passe dans les coulisses. Si Louis XVI a demandé dans son testament de ne pas le venger, il ne s’agit plus de ça maintenant quand la civilisation est perdue par un régime républicain corrupteur. Et dire que le parti faible des royalistes est destiné à être vainqueur. on se demande bien comment?

    Reply
    1. Catoneo

      Monsieur Deweer,
      Il y a douze ans, l’enquête de Sylm sur la monarchie en France avait dénombré quatre mille royalistes actifs, c-à-d. cotisants à une chapelle ou abonnés à un organe de presse royaliste ou apparenté. Le gros problème de cette population statistique est qu’il y a un trou béant dans la pyramide des âges entre 30 et 60 ans (ou 25 et 65). Les royalistes convaincus sont happés par la vie professionnelle et les devoirs d’état, familiaux. Ll’absence de toutes perspectives dans le champ du roi leur fait oublier leur impatience de jeunesse. Plus tard ils meublent leur longues soirées de solitude par des réminiscences, certains théorisent, d’autres observent à haute voix. Tout le monde au clavier. Pas de hallebardier.
      Ce n’est pas avec eux que les choses avanceront, les princes en sont d’ailleurs persuadés, ce qui explique leur modération dans toute expression politique ; s’ils investissent un domaine, c’est le domaine sociétal ou mémoriel.
      Une restauration ne pourra venir que d’un retournement du peuple à l’occasion d’une crise grave, si tant est que l’opinion ait été préalablement ensemencée à l’idée du roi de manière crédible et facilement assimilable au plan politique primaire. On en est loin.
      On peut aussi attendre la Providence qui est en vacances depuis deux cents ans… mais qui va rentrer demain, c’est sûr.

      Reply
      1. Jean DEWEER

        Catonéo,
        La crise grave n’est pas souhaitable, ce serait des troubles intérieurs et/ou une guerre où, selon la prophétie d’Orval, trois princes pourraient “baisser le manteau de l’erreur”, les mêmes qui ont mis en oeuvre l’analyse ADN Louis XVII? Douze ans, 2010, le temps de commencer à réaliser que l’opération n’était pas si porteuse que ça politiquement et se réfugier dans le sociétal et le mémoriel. La providence s’était déjà faite entendre mais au lieu de l’interroger sérieusement et faire un “tour de table” préalable, étendu même aux inconnus, on s’est tiré une balle dans le pied. Le peuple attendait et on l’a désespéré. Si un ensemencement doit être fait, il peut encore l’être par un mea culpa des princes. Je l’ai d’ailleurs demandé à Charles Emmanuel de Bourbon Parme, accessible par son blog sur Facebook. N’était-il pas à l’origine de cette véritable déroute et non pas le journaliste Philippe Delorme ainsi qu’on peut le constater sur leur fiche Wikipédia? Ils ne se désignent pas réciproquement comme véritables promoteurs de l’opération. C’est louche. Il n’ y aurait pas eu pas de quoi être fier, ce ne se serait pas passé autrement… Ce mea culpa des princes serait préférable au fait d’être responsables de millions de morts françaises, parce que c’est bien de ça dont il question, la France est en train de mourir. Démographiquement, on s’en rendrait compte quand à la télévision les Français ne chantent plus guères et sont remplacés essentiellement par des noirs. Pareil pour l’humour… La France ne chante plus, c’est un signe de fin et ce n’est ni Macron ni les partis politiques qui tiennent le haut du pavé aujourd’hui qui redonneront de l’espoir et de la vie…

        Reply
  4. Jean DEWEER

    Référendum ou pas? S’il en avait eu la courage et la volonté, E. Macron en aurait fait un pour décider ou pas de l’exclusion du roi du pays. Nostradamus parle de fraude… qu’il devait payer(Centuries II-36 et IX-1). Le “ni droite ni gauche” a trouvé ses limites et maintenant nous sommes dans la crise de régime. Rendre le pouvoir au peuple certes mais c’est peut-être aussi trop oublier le processus d’imitation de l’exemple qui vient d’en haut. L’abstention de qui au fait? 54%, la vraie majorité, au minimum en fait. Certains mettent en avant leur légitimité mais que vaut un vote quand le peuple n’est pas bien informé?

    Reply
    1. Conseil dans l'Espérance du Roi

      En voici un nouvel exemple : dire que la France n’est plus la France est devenu un poncif. Et prétendre qu’elle n’appartient plus aux Français est aujourd’hui un truisme. De la dette publique abyssale de notre pays détenue à près de 60% par des investisseurs étrangers à la vente accélérée de ce que l’on pourrait appeler nos “bijoux de famille” pour permettre au gouvernement de faire ses fins de mois… Tout fout le camp mon pov’ monsieur.

      Mais, comme si cela ne suffisait pas, “attendez-vous à savoir” (ainsi que l’aurait annoncé feu la bonne Geneviève Tabouis) https://fr.wikipedia.org/wiki/Geneviève_Tabouis que plus de la moitié des club de football français sont désormais la propriété d’hommes d’affaires et de financiers étrangers. Ne vous étonnez donc plus de la diversité de ceux que, contre toute évidence, nos médias continuent de titrer : LES BLEUS.

      L’intérêt des investisseurs pour la prolifique formation française vise d’abord à spéculer sur la valeur des effectifs mais la recherche de rentabilité financière, rendue incertaine par l’aléa sportif, n’est toutefois pas le modèle le plus répandu. La logique première des fonds est celle de l’achat-revente dans des délais de trois à cinq ans. Ils peuvent acheter un club déficitaire en s’efforçant de le maintenir sur le plan sportif, et en espérant une plus-value à la revente supérieure aux pertes d’exploitation.

      Les bénéfices peuvent aussi être indirects : un club donne un accès instantané à tous les écosystèmes économiques et politiques d’un territoire. C’est une excellente plate-forme de communication et de relations publiques pour accéder aux marchés locaux, avoir connaissance des projets immobiliers ou de rénovation urbaine, nouer des alliances, etc. Ou quand le “Grand Remplacement” se double d’une vente à la découpe de notre pays…

      Quelle place dans les conglomérats de clubs ?
      Le risque majeur est celui de stratégies à court terme peu compatibles avec l’élaboration de politiques sportives durables si elles excluent de véritables investissements dans l’effectif et les infrastructures. Mais une autre crainte réside dans la filialisation des clubs français quand ils intègrent un conglomérat international, à l’image du City Football Group, majoritairement détenu par un fonds émirati et dont le fleuron est Manchester City. Troyes, en Ligue 1, est sa dixième et plus récente acquisition, en 2020.

      Symptôme de la financiarisation du football, la constitution de ces conglomérats est une tendance de plus en plus marquée. Un club français peut alors être considéré comme une antichambre ou une pouponnière pour des joueurs destinés aux clubs plus huppés dans leur giron.

      Le fonds américain 777 Partners, acquéreur du Red Star de Saint-Ouen en mai, est ainsi déjà propriétaire du Genoa (Italie), de Vasco da Gama (Brésil) et du Standard de Liège (Belgique). David Blitzer et sa holding Bolt Football, potentiels repreneurs de l’AS Saint-Etienne, sont actionnaires minoritaires de Crystal Palace (Angleterre) et d’une demi-douzaine de clubs en Europe et aux Etats-Unis. RedBird Capital Partners, nouveau propriétaire du Milan AC, l’est depuis 2020 du Toulouse FC.

      Pour exister sportivement au plus haut niveau du football européen comme dans son championnat national, on nous dit qu’il n’y aurait plus de salut sans un actionnaire puissant. Le creusement des écarts de richesse entre clubs, la corrélation croissante des résultats sportifs à la puissance financière plaident en ce sens.

      Pour autant, le repreneur, qui arrive toujours avec des promesses d’investissement et des objectifs sportifs élevés, mène parfois les clubs à la relégation, voire à la banqueroute. Les supporteurs du Grenoble Foot 38, des Girondins de Bordeaux, ou du FC Sochaux peuvent en témoigner.

      Face à des montages financiers complexes ou opaques, les ligues sont également démunies pour tracer l’origine exacte des fonds et garantir la solidité du repreneur. Quand l’homme d’affaires hispano-luxembourgeois Gérard Lopez était propriétaire du Lille OSC (dont il a été évincé en décembre 2020, avant sa reprise catastrophique des Girondins de Bordeaux), identifier les entités réellement détentrices du club relevait de la gageure.

      Aujourd’hui, on ne sait pas si le LOSC appartient réellement à son repreneur, le fonds luxembourgeois Merlyn Partners SCSp, ou à sa filiale Callisto Sporting qui a récupéré ses dettes ou bien, comme le suspecte l’UEFA, au « fonds vautour » Elliot, créancier du club !…

      « Les risques sont inhérents à toute reprise d’entreprise… à ceci près que les clubs ont une valeur affective et patrimoniale très forte », nous dit-on aussi dans ce milieu interlope. Les supporteurs lyonnais et les autres se partageront donc entre espoirs et inquiétudes quant au profil et aux mobiles des nouveaux arrivants, attentifs aux effets, sur l’identité des clubs, de leur plongée dans les eaux incertaines et troubles des grands fonds.

      Rien d’étonnant à tout cela puisque tout (nous disons bien TOUT) se décide dans les bureaux feutrés de l’Elysée… d’Emmanuel Macron.

      Reply
  5. Jean DEWEER

    Quel meilleur moyen de s’en prendre à l’identité d’un pays que” de circonvenir à son (ses) esprit(s) d’équipes par l’intermédiaire de l’argent qui va à tous sauf aux nationaux? Toute la sociabilité et l’inventivité sont atteintes. Macron est-il le capitaine de l’équipe de France? Il ferait mieux d’évoluer au Qatar, il y serait mieux payé et la France feraient beaucoup d’économies! Le sport devrait rester amateur et la politique souvent interdite aux technocrates qui coûtent énormément d’argent sans véritables retours sur investissements vérifiés.

    Reply
  6. Hervé J. VOLTO

    Entretemps, le Ciel semble s’acharner contre l’économie républicaine !

    La grêle a tout haché sur 160 hectares, il ne reste rien
    Clément Courteix décrit les dégâts de l’orage qui a ravagé son exploitation en Dordogne dans la nuit du 20 au 21 juin 2022
    https://www.lafranceagricole.fr/actualites/intemperies-la-grele-a-tout-hache-sur-160-hectares-il-ne-reste-rien-1,3,205666110.html?m_i=cNXcNVZib2Cun2uorHQgBe9PmBif4TuU_A3exAPAWalkrt%2BfPYudr1cO90IuUo1emNgcrawCGoHzIFEivvdIatdZfy7sBxXccT&utm_source=acquisition&utm_medium=email&utm_campaign=DN-FA-20220623-T-METEOJUIN-AC&utm_content=DN-FA-20220623-T-METEOJUIN-AC&utm_term=&at_medium=email&at_campaign=DN-FA-20220623-T-METEOJUIN-AC&at_creation=DN-FA-20220623-T-METEOJUIN-AC&at_link=&at_recipient_id=588479&at_list_id=1&at_custom1=DN-FA-20220623-T-METEOJUIN-AC&at_custom2=20220624&at_custom3=&at_send_date=20220624&at_emailtype=acquisition&M_BT=173263535738

    Coup de chauds sur les rendements des céréales d’hiver
    https://www.lafranceagricole.fr/actualites/cultures/previsions-coup-de-chaud-sur-les-rendements-des-cereales-dhiver-1,3,170568175.html?m_i=lq4AxDYA1e44Kra7pnOJRDP7JI4pvJMp%2BAUdlzgZCW%2B__VEo7HYL7PLfE66IGSFZ6lf7J5tr_MYfn2qM6A0TZoMynj3R5d4llu&utm_source=acquisition&utm_medium=email&utm_campaign=DN-FA-20220623-T-METEOJUIN-AC&utm_content=DN-FA-20220623-T-METEOJUIN-AC&utm_term=&at_medium=email&at_campaign=DN-FA-20220623-T-METEOJUIN-AC&at_creation=DN-FA-20220623-T-METEOJUIN-AC&at_link=&at_recipient_id=588479&at_list_id=1&at_custom1=DN-FA-20220623-T-METEOJUIN-AC&at_custom2=20220624&at_custom3=&at_send_date=20220624&at_emailtype=acquisition&M_BT=173263535738

    Les orages du début de juin vont coûter 70 millions d’euros
    https://www.lafranceagricole.fr/actualites/gestion-et-droit/recoltes-et-biens-agricoles-les-orages-du-debut-de-juin-vont-couter-70-millions-deuros-1,3,245687951.html

    Reply
    1. Jean DEWEER

      Nous nous approcherions des terribles échéances et ce n’est pas la presse qui le pressentirait et en parlerait

      Centurie I-17
      Par quarante ans l’Iris n’apparoistra,
      Par quarante ans tous les iours sera veu:
      La terre aride en siccité croistra,
      Et grands déluges quand sera apperceu.

      Centurie V-31
      Par terre Attoque cjef de la sapience,
      Qui de present est la rose du monde:
      Pont ruiné, & sa grande premincence
      Sera subdite & naufrage des ondes.

      Les nouvelles de demain. On ferait bien de prier…

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *