De facto, la monarchie occupe une place politique capitale dans l’histoire nationale, mais …

        Considérons, comme beaucoup d’historiens et politologues, que la France naquît avec le baptême de Clovis en 496. Pendant 1500 ans, notre pays fut gouverné par des rois, régents et princes. De facto, la monarchie occupe une place politique capitale dans l’histoire nationale. Mais aujourd’hui, alors que la France est administrée par un régime républicain, les partis et mouvements politiques royalistes tiennent plutôt du groupuscule ultra-minoritaire.

          Non-représentés à l’Assemblée nationale depuis les années 1920, les royalistes ne représentent plus qu’une infime partie de la population française. Pourtant, dans l’imaginaire collectif, les symboles culturels de la France sont quasiment tous issus de la royauté : Versailles, l’arc de Triomphe, Chambord, le Louvre, Notre-Dame de Paris, la Sainte-Chapelle, les fleurs de lys, etc. Comment expliquer cette inexorable descente aux enfers ?

     Pourquoi le royalisme, pourtant historiquement légitime dans notre pays, a-t-il disparu du spectre politique national ?

https://www.terrabellum.fr/news/le-royalisme-franais-les-raisons-dun-chec-politique

4 thoughts on “De facto, la monarchie occupe une place politique capitale dans l’histoire nationale, mais …

  1. PATrick PATTIER

    Ce pays s’appelle Gallia et son unique peuple sont les gaulois. Point final. Tous les autres sont des occupants. Cela fait plusieurs fois que je vous le dis. Essayez d’en prendre acte.

    Reply
  2. Hervé J. VOLTO

    Il suffit de se souvenir du Testament de Saint Rémy
    https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2017/07/18/herve-volto-le-testament-de-saint-remy/

    -Apprenez mon fils que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l’Eglise Romaine, qui est la seule véritable Eglise du Christ.
    Ce royaume sera un jour grand entre tous les royaumes.
    Et il soumettra tous les autres peuples à son sceptre.
    Il durera jusqu’à la fin des temps.
    Il sera victorieux et prospère tant qu’il sera fidèle à la foi romaine.
    Mais il sera durement châtié toutes les fois qu’il sera infidèle à sa vocation.

    Le Royalisme à proprement parler n’apparaît que à la suite de la Révolution de 1789 : en témoigne l’apparition du terme qu’à partir de la 6ème édition du dictionnaire de l’Académie Française en 1835. De plus, ce qui pouvait s’apparenter à un attachement aux institutions traditionnelles face aux mouvements républicains grandissant puis à l’usurpation Bonapartiste, va connaître différents mouvements attachés à des prétendants dynastiques à partir de la proclamation de la République et l’exécution de Louis XVI au cours des années 1790. Le sacre de Napoléon Bonaparte créé un parti Bonapartiste favorable à la nouvelle dynastie impériale. En contrepartie, les soutiens des Capétiens-Bourbons, deviennent Légitimistes – d’abord en faveur du fils de Louis XVI, Louis XVII, puis son frère Louis XVIII. En 1830, la chute finale des Rois Capétiens-Bourbons mène au couronnement des Capétiens-Orléans avec Louis-Philippe, Duc d’Orléans. C’est la naissance du mouvement Orléaniste. Ainsi, en 1870, trois mouvements Royalistes coexistent, s’affrontant l’un l’autre et défendant chacun leur prétendant jugé légitime.

    Nous en venons donc aux points principaux de la déchéance du Royalisme en France : la désunion et l’illégitimité. Incapables de s’unir, les Royalistes perdent le pouvoir face aux républicains à la fin des années 1870. En 1873, le comte de Chambord (légitimiste) refuse un compromis avec les orléanistes quant à une éventuelle restauration monarchique. Le mouvement royaliste connaît alors une lente déliquescence, surtout après le Ralliement, où les catholiques cessent de soutenir la Royauté.

    Pour qu’un Royalisme politique voit à nouveau le jour, il faudrait qu’il redevienne un mouvement Catholique.

    Reply
  3. Hervé J. VOLTO

    Et puis, il faudrait se souvenir des demandes de Paray-le-Monial.

    Plaçons notre Croisade pour la restauration de la France ous le signe du COEUR DE L’AMOUR surmonté de la CROIX DU SACCRIFICE, espoir et salut de la France.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *